« Avoir le courage d’aider : le sauvetage pendant l’Holocauste »

Chaque année, autour du 27 janvier, l’UNESCO rend homage à la mémoire des victimes de l’Holocauste.  Cette date marque l’anniversaire de la libération – en 1945, par les forces soviétiques – du Camp de concentration et d’extermination de l’Allemagne nazie,  Auschwitz-Birkenau.  

Le régime nazi et ses collaborateurs ont assassiné environ six millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Leur objectif était l’annihilation systématique des juifs d’Europe.

 

L’histoire de ce génocide perpétré pendant la seconde guerre mondiale n’appartient pas qu’au passé. C’est une histoire vivante, qui nous concerne tous, quelles que soient nos différences d’origines, de cultures ou de religions. Après l’Holocauste, d’autres génocides ont eu lieu, sur plusieurs continents. Saurons-nous enfin en tirer les leçons ?  

Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO

 

Animés par une idéologie raciste, ils ont également persécuté et tué des millions d’autres personnes, notamment des Roms et des Sintis, des handicapés, des opposants politiques, des homosexuels et d’innombrables membres d’autres groupes.

En 2013, le thème choisi par les Nations Unies pour cette Journée internationale est : « Avoir le courage d’aider : le sauvetage pendant l’Holocauste ». Il fait référence aux actions exceptionnelles de personnes ou de groupes qui ont contribué à sauver des juifs de l’emprise de l’Allemagne nazie. En réaction à l’indifférence de la majorité, ils ont refusé de rester là sans rien faire alors que des innocents étaient assassinés, et ils sont passés à l’action en dépit de l’immense danger. Ces récits de sauvetage sont rares mais apportent la preuve éclatante que l’action est toujours possible face à l’injustice et aux violations flagrantes des droits de l’homme.

L’éducation à l’Holocauste

Enseigner et apprendre l’Holocauste attire l’attention sur des questions qui sont au cœur de la mission de l’UNESCO visant à construire la paix et promouvoir les droits de l’homme. De concert avec ses États membres, l’UNESCO élabore des programmes éducatifs visant à enseigner aux jeunes générations les leçons de l’Holocauste et, conformément à la résolution 60/7 de l’Assemblée générale des Nations Unies et à la résolution 61 de la Conférence générale de l’UNESCO sur « la mémoire de l’Holocauste », à contribuer à empêcher que ne se reproduisent des actes de génocide.

Activités

L’UNESCO présente des expositions illustrant la partie des études sur l’Holocauste plus spécifiquement consacrée aux actions de « sauvetage » des juifs. Deux expositions s’intéresseront respectivement aux cas particuliers de la Bulgarie et du Danemark, où des segments importants de la population ont réagi et protégé des juifs contre la déportation. Une autre exposition, spécialement préparée à l’occasion de la Journée par la Fondation de la Shoah de l’University of Southern California, présente des témoignage vidéo de survivants qui ont été sauvés pendant l’Holocauste.  

Le 28 janvier, une cérémonie spéciale réunira d’éminentes personnalités, notamment le ministre français de l’Éducation, M. Vincent Peillon, et l’avocat, historien et traqueur de nazis, M. Serge Klarsfled.  

Le Président de la Bulgarie, M. Rossen Plevneliev, est l’invité d’honneur de cette journée spéciale et s’exprimera pendant la cérémonie.   

L’Organisation et le Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide organisent par ailleurs un débat de haut niveau sur l’éducation à l’Holocauste et la prévention du génocide, avec le soutien du Royaume de Belgique. La conférence se tiendra au Siège de l’UNESCO le 28 janvier. D’éminents spécialistes de l’Holocauste et du génocide débattront des défis à relever pour favoriser le développement de l’éducation à l’Holocauste et y intégrer la prévention du génocide. Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, M. Adama Dieng,  participera à cet événement public et soulignera l’importance de la sensibilisation des jeunes et des responsables de l’élaboration des politiques au danger que le génocide représente, encore aujourd’hui.  

Par ailleurs, l’UNESCO organisera le 21 janvier une vidéoconférence en partenariat avec le Mémorial de la Shoah réunissant des journalistes et d’autres professionnels des médias dans les bureaux hors Siège de Bujumbura, Dakar, Kinshasa, Libreville and Yaoundé. M. Yves Termon, spécialiste du génocide, ouvrira le débat, et la vidéoconférence présentera le témoignage de Mme Ginette Kolinka, survivante de l’Holocauste.

 

ÉVÉNEMENTS

Maison de l’UNESCO, Paris France

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Lundi 28 janvier 2013 | Conférence

De l’enseignement de l’Holocauste à la prévention des génocides : qu’avons-nous appris du passé ? Salle II, de 15h30 à 18h30

Avec la participation de :

  • Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO ;
  • Adama Dieng, Conseiller spécial de l’Organisation des Nations Unies pour la prévention du génocide ;
  • Edward Kissi, Professeur, Département des études Africana de l’Université de Floride du Sud (États-Unis/Ghana) ;
  • Dan Michman, historien, Directeur de l’Institut international pour la recherche sur l’Holocauste, Yad Vashem, Professeur à l’Université de Bar-Ilan (Israël) ;
  • Karen Pollock, Directrice du Holocaust Educational Trust (Royaume-Uni) ;
  • Samuel Pisar, écrivain et avocat, rescapé de l’Holocauste, Ambassadeur honoraire et Envoyé spécial de l’UNESCO pour l’enseignement de l’Holocauste.

Conférence organisée en partenariat avec le Bureau du Conseiller spécial de l’Organisation des Nations Unies pour la prévention du génocide et avec le soutien de la Délégation permanente du Royaume de Belgique auprès de l’UNESCO

répertoire des faq

Lundi 28 janvier 2013 | Cérémonie

Commémoration dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste,  Salle I, 19h30

  • Projection du film Les Justes d’Emmanuel Finkiel ;
  • Allocutions de personnalités :
    - Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO ;
    - Eric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah ;
    - Nimrod Barkan, Ambassadeur, Délégué permanent  d’Israël auprès de   l’UNESCO ;
    - Vincent Peillon, Ministre de l’Education nationale de la République française ;

          Invité d’honneur :

          - Rossen Plevneliev, Président de la République de Bulgarie ;

  • Lecture d’un texte de Jean-Claude Grumberg par Guila Clara Kessous, Artiste de l’UNESCO pour la paix, et le comédien Francis Huster ;
  • Témoignage de Serge Klarsfeld, historien et avocat, Président de l’association des Fils et filles des déportés juifs de France ;
  • Pièces musicales interprétées par Pascal Amoyel (piano) et Emmanuelle Bertrand (violoncelle) ;
  • Prières par Adolphe Attia, ministre officiant. 
répertoire des faq

Du 28 janvier au 4 février 2013 | Expositions

Résistance et sauvetage au Danemark Photographies de Judy Ellis Glickman, Salle des pas perdus

L’histoire de la Shoah au Danemark est une exception dans l’histoire européenne : 99 % de la population juive a survécu à l’occupation allemande, la majorité des Juifs du Danemark étant parvenue à s’évader vers la Suède avec l’aide de la résistance danoise et de nombreux citoyens du pays. Ceux qui ont été déportés sont restés à Theresienstadt et ont finalement été transférés en Suède avant la fin de la guerre. En outre, la plupart des Juifs ont retrouvé leurs maisons et synagogues intactes à leur retour en 1945 car il n’y a pas eu de pillages organisés au Danemark.

L’exposition présentée a été préparée au début des années 1990 par la photographe Judy Ellis Glickmann et par la fondatrice et directrice de Humanity in Action, Judith Goldstein, puis confiée au Mémorial de la Shoah (Paris) pour assurer sa circulation en Europe. Depuis, de nouvelles recherches sur le Danemark et la Shoah ont été publiées et une version remise à jour du texte a été préparée par le Mémorial de la Shoah pour la version française.       

Le sauvetage : protéger l’humanité pendant l’Holocauste, Salles Miró 

Exposition multimédia présentée par l’Institut de la Fondation pour la Shoah de l’Université de Californie du Sud (USC) : programmation de témoignages diffusés en boucle sur cinq thèmes - Sauvetage communautaire, Diplomates et sauvetage, Sauvetage des enfants, Religion et sauvetage, Reconnaître le sauvetage. Ces témoignages, qui rassemblent des voix et expériences diverses sur le sauvetage pendant l’Holocauste, racontent l’histoire de survivants ainsi que les stratégies et décisions difficiles qui ont dû être prises pour mener des actions de sauvetage. Ils nous replongent également dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et rendent hommage aux personnes qui ont participé à des sauvetages. 

L’Institut de la Fondation pour la Shoah de l’Université de Californie du Sud a été créé en 1994 par Steven Spielberg pour collecter et préserver les témoignages des rescapés et autres témoins de l’Holocauste.

Le sauvetage 1943
Dédiée au 70e anniversaire du sauvetage des Juifs de Bulgarie , Foyer

Cette exposition documentaire de l’Agence nationale des archives de Bulgarie, réalisée en coopération avec Yad Vashem, Israël, utilisant également des archives privées, est structurée autour de plusieurs thèmes : l’intégration des Juifs dans la société, l’adhésion de la Bulgarie au Pacte tripartite le 1er mars 1940 et l’adoption du la Loi pour la protection de la Nation qui résultera sur la privation pour les 48 000 Juifs de leurs droits civils et politiques, la déportation de près de 11 000 Juifs des dénommés « Nouveaux Territoires » de la Macédoine de Vardar et de la Thrace égéenne et, finalement, la forte résistance de la société civile bulgare, des membres du Parlement, du Saint synode de l’Eglise orthodoxe bulgare, des membres du clergé et des intellectuels. Ainsi, tous les 48 000 Juifs du Royaume de Bulgarie ont été sauvés de la déportation vers les camps de la mort.

Brochure 2013

  • Pourquoi enseigner sur l’Holocauste ?

    L’Holocauste a été un tournant dans l’histoire de l’humanité. Comprendre le génocide des juifs ainsi que les autres crimes perpétrés par le régime nazi demeure extrêmement important plusieurs décennies après les faits.

    Quel que soit le pays où ils vivent ou quels qu’ils soient, apprendre les circonstances de cette histoire universelle peut donner l’occasion aux apprenants de se forger un point de vue personnel sur les racines du génocide et la nécessité de protéger la paix et les droits de l’homme pour empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent.

    Cette brève introduction constitue un aperçu essentiel de l’éducation à l’Holocauste ; elle peut aider les responsables de l’élaboration des politiques, les éducateurs et les apprenants dans leur compréhension du génocide et des raisons pour lesquelles il est fondamental de continuer, aujourd’hui, à enseigner sur l’Holocauste.   Télécharger la publication (en anglais)

Understanding Holocaust Education - Paul Salmons

Source: UNESCO Multimedia Archives

USC Shoah Foundation