© Shutterstock.com. Aquaculture traditionnelle dans un écosystème de mangrove, Thaïlande.

Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves

Les mangroves côtières comptent parmi les écosystèmes les plus menacés de la planète. Selon les estimations actuelles, jusqu’à 67 % des mangroves ont déjà été détruites et la quasi-totalité des mangroves non protégées pourraient disparaître au cours des cent prochaines années.

L’enjeu est de taille, parce que les écosystèmes de mangroves fournissent des avantages et des services essentiels à la vie. Ils contribuent à améliorer la sécurité alimentaire, fournissent des ressources halieutiques et des produits forestiers, offrent une protection contre les tempêtes, les tsunamis et la montée du niveau de la mer. Ils préviennent l’érosion du littoral, régulent la qualité des eaux côtières et procurent un habitat aux espèces marines menacées. La liste des bienfaits des écosystèmes de mangroves est longue. À cela s’ajoute le rôle singulier qu’ils jouent dans le piégeage et le stockage d’importantes quantités de carbone bleu côtier de l’atmosphère et de l’océan, ce qui est essentiel pour atténuer les effets du changement climatique.

L’UNESCO mobilise toute ses forces pour protéger les écosystèmes de mangroves par le biais de son Programme sur l'Homme et la biosphère, de son Programme hydrologique international, de sa Commission océanographique intergouvernementale et de son programme Systèmes de savoirs locaux et autochtones. Son action s’étend à toute la planète, de la réserve de biosphère transfrontière de Bosque de Paz en Équateur et au Pérou et la réserve de biosphère du Delta du Saloum au Sénégal jusqu’au Géoparc mondial de Langkawi en Malaisie.

© NASA. La forêt de mangroves des Sundarbans est l’une des plus grandes forêts mondiales de ce type (Bangladesh et Inde).

L’UNESCO s’engage activement pour soutenir la conservation des mangroves, tout en favorisant le développement durable des communautés locales qui interagissent étroitement avec elles et dépendent des produits et services qu’elles procurent. Elle joue également un rôle actif dans l’initiative Carbone bleu d’atténuation des effets du changement climatique par la conservation, la protection, la restauration et l’utilisation durable des écosystèmes côtiers et marins, en particulier des mangroves, des marais littoraux et des herbes marines.

Nous devons faire beaucoup plus, et pour cela il faut plus de recherche scientifique. À cette fin, l’UNESCO s’emploie à élargir les capacités des États et enrichir leurs connaissances scientifiques, en particulier dans les pays qui dépendent fortement de ces écosystèmes en Afrique et dans les petits États insulaires en développement, en travaillant toujours avec les communautés locales et en s’appuyant toujours sur les savoirs autochtones.

Cette Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves est l’occasion pour chacun de réaffirmer son engagement envers le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Le message de l’UNESCO aujourd’hui est clair : nous devons inverser la tendance actuelle à la dégradation et protéger les mangroves si essentielles à la santé de notre planète.

Une ressource précieuse pour les communautés locales

La proclamation de la Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves a été adoptée le 6 novembre 2015 par la Conférence générale de l’UNESCO. Elle souligne l’importance de cet écosystème «  unique, particulier et fragile qui, de par son existence, procure aux êtres humains des avantages substantiels en termes de biomasse et de productivité, ainsi que des biens et services issus des forêts et de la pêche, contribue à la protection du littoral et joue un rôle particulièrement important en matière d’atténuation des effets du changement climatique et de sécurité alimentaire pour les communautés locales. »

Initiatives

Les sites désignés par l'UNESCO

De nombreux sites du patrimoine mondial, réserves de biosphères et géoparcs mondiaux UNESCO comprennent des mangroves. Ils contribuent à l'amélioration des connaissances, de la gestion et de la conservation des écosystèmes de mangroves dans le monde entier.

L'initative sur le carbone bleu

L'Initiative internationale sur le carbone bleu est un programme global et coordonné axé sur l'atténuation du changement climatique par la conservation et la restauration des écosystèmes côtiers et marins.

Initiative ouverte de l’UNESCO sur les mangroves et le développement durable

Faits et chiffres

  • Les mangroves sont des écosystèmes extraordinaires, situés à l'interface de la terre et la mer dans les régions tropicales, qui offrent une gamme considérable de biens et services écosystémiques.
  • Bien qu'elles se trouvent dans 123 pays et territoires, les forêts de mangroves sont globalement rares. Elles représentent moins de 1% de l’ensemble des forêts tropicales à travers le monde, et moins de 0,4% du domaine forestier mondial.
  • Les mangroves disparaissent trois à cinq fois plus vite que les pertes forestières mondiales globales, avec des impacts écologiques et socio-économiques graves.
  • La gestion et la restauration des écosystèmes de mangrove est un moyen rentable et réalisable de contribuer à la sécurité alimentaire de nombreuses communautés côtières.
    • Ces zones humides boisées sont riches en biodiversité. Elles fournissent un habitat d'alevinière et de croissance précieux pour les poissons et les crustacés; une source de nourriture pour les singes, cerfs, oiseaux, et même les kangourous; ainsi qu’une source de nectar pour les abeilles. Elles soutiennent des communautés complexes, où des milliers d'autres espèces interagissent.
    • Les écosystèmes de mangroves sains sont essentiels au bien-être, à la sécurité alimentaire, et à la protection de communautés côtières dans le monde entier.
  • Les mangroves peuvent jouer un rôle important dans la réduction de la vulnérabilité aux risques naturels et le renforcement de la résilience aux impacts du changement climatique.
    • Les mangroves agissent comme une forme de défense côtière naturelle : elles permettent de réduire l'érosion, d'atténuer les vagues et même de réduire la hauteur des ondes de tempête (et tsunamis).
    • Les sols de mangrove sont des puits de carbone très efficaces, séquestrant de grandes quantités de carbone au fil des millénaires.
    • S’ils sont détruits, dégradés ou perdus, ces écosystèmes côtiers deviennent des sources de dioxyde de carbone. Une partie du carbone émis à plus de mille ans, et les autres processus de l'écosystème n'équilibrent pas sa libération rapide dans les océans et l'atmosphère.