Au cours de la dernière décennie, 700 journalistes ont été tués pour avoir voulu couvrir des évènements et en informer le public: en moyenne, c'est une mort par semaine. Dans neuf cas sur dix, les meurtriers restent impunis. L'impunité entraîne un plus grand nombre d'assassinats et représente souvent un facteur d'aggravation de conflit et d'effondrement des systèmes de droit et de justice. L'UNESCO met en garde contre les dommages causés par l'impunité sur des sociétés toutes entières en dissimulant de graves violations des droits de l'homme, la corruption et la criminalité. Les gouvernements, la société civile, les médias et ceux concernés par le respect de l'Etat de droit sont invités à se joindre aux efforts mondiaux pour mettre fin à l'impunité.

Lors de sa 68ème session, en 2013, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la Résolution A/RES/68/163, qui proclame le 2 novembre « Journée Internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes ». Cette résolution a exhorté les Etats Membres à mettre en place des mesures précises afin de lutter contre l’actuelle culture d’impunité. La date a été choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali le 2 novembre 2013.

Cette résolution historique condamne l’ensemble des attaques et des violences perpétrées contre les journalistes et agents des médias. Elle exhorte également les Etats Membres à faire tout leur possible pour prévenir cette violence contre les journalistes et les agents des médias, afin de garantir que les auteurs de ces crimes soient reconnus comme responsable et soient traduits en justice, et afin de garantir une possibilité de recours pour les victimes. Elle demande par ailleurs aux Etats de promouvoir un environnement sûr et propice à l’exercice du métier de journaliste afin que ceux-ci puissent exercer leur métier de façon indépendante et sans ingérence inappropriée.


En 2014 seulement, la Directrice Générale de l’UNESCO a condamné le meurtre de 87 journalistes, d’agents des médias et de producteurs de médias sociaux d’intérêt public. En 2012, année la plus meurtrière pour les journalistes, 123 cas ont été condamnés.

>> En lire plus

Faits et chiffres

  • 680 meurtres de journalistes ont été condamnés par la Directrice Générale de l’UNESCO entre 2006 et 2014.

  • 94% des journalistes assassinés sont des locaux, et seulement 6% sont des correspondants étrangers.

  • Les hommes journalistes représentent 94% des journalistes tués.

  • Moins de 6% des 680 cas de meurtres seulement sont résolus.

  • 41% des journalistes tués travaillaient dans la presse écrite.

CONTACT

  • Sylvie Coudray
    Chef de Section
    Secteur de la Communication et de l'information (CI)
    Courriel: s.coudray(at)unesco.org
    Tél: 33-1 45 68 42 12
    Fax: 33-1 45 68 55 84
  • Ming Kuok Lim
    Spécialiste du programme
    Secteur de la Communication et de l'information (CI)
    Courriel: mk.lim(at)unesco.org
    Tel: 33-1 45 68 35 67
    Fax: 33-1 45 68 55 84

 

#EndImpunity

 

L'UNESCO en action

>> En lire plus

Message du Secrétaire général de l'ONU