top photo (copy 4)

© UN Photo/ Devra Berkowitz

Médias autochtones

Cette année, la journée s’organise autour du thème « Les médias autochtones : pour permettre aux voix autochtones de s’élever », qui traite du rôle joué par les médias pour soutenir, chez les peuples autochtones, des modèles de développement en accord avec leurs priorités propres, leurs cultures et leurs valeurs. De plus, ce thème souligne également comment l’utilisation des médias par les peuples autochtones, sous leurs formes traditionnelles aussi bien que moderne, leur permet de mettre à l’honneur leurs cultures et leurs langues, transmettre leur savoir et exprimer des opinions, qui parfois s’avèrent différentes de la pensée dominante.

 Les médias sont indispensables pour que les peuples autochtones fassent partager leurs visions du développement durable. Nous devons mobiliser ce pouvoir pour étendre le développement durable à tous.  

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
Message à l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones 2012

Le pouvoir des médias à façonner la vie des individus et des communautés n’est plus à démontrer. Communication et médias sont des clés pour sensibiliser, partager des connaissances et des possibilités, élargir les débats sur le savoir, la culture et les valeurs, toutes choses indispensables à une plus grande efficacité des politiques et des actions.

Placer la population au cœur du développement

En matière de développement, l’UNESCO a toujours placé les populations au centre de sa réflexion, comme de sa pratique - en stimulant la prise de conscience, l’implication et les compétences des individus et des communautés et à prendre des décisions et à inventer des opportunités de changement social. C’est dans cette optique que l’UNESCO apporte son soutien à des initiatives visant à autonomiser les femmes et les hommes des communautés autochtones, en faisant appel à des médias qu’ils puissent aisément maîtriser après une formation appropriée, afin de communiquer avec les autres communautés, les ONG, les institutions gouvernementales et les décideurs.

Pour soutenir l’aspiration des peuples marginalisés à s’exprimer, l’UNESCO a financé depuis l’an 2000, par le biais du Programme international pour le développement de la communication (PIDC), pas moins de 27 projets de médias au profit des peuples autochtones. Ce soutien comprenait, entre autres, des séances de formation et l’achat de matériel radiophonique. Une large gamme de compétences ont dû être déployées – depuis la production d’émissions et la réalisation d’interviews, jusqu’à la gestion du financement de la station et la supervision de sa viabilité sur le long terme – afin que soient garanties les chances de ces communautés de promouvoir et défendre leurs droits à la liberté d’expression et l’accès à l’information.

© UNESCO/Al-Amin Yusuph. Distribution de postes de radio solaires ou à dynamo à des auditrices Massaï de la Radio communautaire de Loliondo.


Les initiatives de radio communautaires constituent un mécanisme de diffusion qui amplifie les possibilités d’accès à l’éducation, à l’expression personnelle et à la communication, notamment parmi les populations rurales et locales isolées. Ces initiatives en matière de médias communautaires, ainsi que quelques autres, facilitent la diffusion d’idées et de pratiques nouvelles, perfectionnant des savoir-faire traditionnels et permettant d’en acquérir de nouveaux. Elles fournissent aussi l’occasion de combattre les images stéréotypées et de transformer des modèles établis de représentation.

La communication et les médias ont le pouvoir de faire changer les mentalités et les comportements et d’aider les communautés autochtones - les femmes en particulier - à découvrir des réalités et des solutions durables au développement qui soient à leur portée – ainsi que de se faire entendre.

Permettre aux voix des autochtones de s’élever

© Douglas Nakashima


Leurs voix sont, le plus souvent, restées à la marge des débats sur le changement planétaire, alors même qu’il est clairement reconnu que les populations autochtones et autres communautés vulnérables se trouvent sur la ligne de front du changement climatique. L’UNESCO a contribué à mettre en place un forum populaire en ligne pour répondre aux protestations des représentants des peuples et des communautés autochtones. 

Ce forum met en relation plus de 50 000 personnes dans le monde entier et comporte un réseau international de projets de terrain qui enregistre les observations et les savoirs locaux concernant le changement climatique. Ce forum bien nommé Climate Frontlines est la preuve parfaite que les médias autochtones peuvent, en favorisant le dialogue et le débat, faciliter le développement, et permettre aux peuples autochtones d’élaborer leurs propres agendas pour le développement.

À propos de la journée

La Journée internationale des peuples autochtones, célébrée chaque année le 9 août, marque la première réunion du groupe de travail des Nations Unies sur les population autochtones en 1982, au sein de la sous-commission pour la promotion et la protection des droits de l'homme.

Célébration officielle

Dialogue interactif : Les médias autochtones : permettre aux voix autochtones de s’élever
New York, États Unis, 9 août 2012

nouveau site !

Vidéo

Les Huachipairi vivent dans la forêt tropicale du sud du Pérou. L'eshuva, prière chantée exprimant les mythes religieux de ce peuple, est interprété pour soigner un malade ou lors de cérémonies traditionnelles. Si l'on en croit la tradition orale, les chants eschuva auraient été appris directement des animaux de la forêt et ils permettent d'invoquer les esprits de la nature et de solliciter guérison, soulagement ou bien-être de leur part. Les chants sont uniquement interprétés en harákmbut, sans instrument.