Le livre, vecteur de l’éducation en langue maternelle

L’UNESCO a décidé de lancer la Journée internationale de la langue maternelle (IMLD) en 1999, observée depuis partout dans le monde tous les 21 février. 

Cette célébration a pour objet de promouvoir la diversité linguistique et l’éducation multilingue, et de mieux sensibiliser la communauté internationale à l’importance de l’éducation dans la langue maternelle. 

 Le multilinguisme est une force et une chance pour l’humanité. Il incarne notre diversité culturelle, il encourage le brassage des points de vue, le renouvellement des idées, l’élargissement de nos imaginaires.  

Irina Bokova, Directrice générale de l' UNESCOl

La diversité linguistique et culturelle sont des valeurs universelles qui renforcent l’unité et la cohésion des sociétés. C’est la raison pour laquelle en lançant l’IMLD 2013, la Directrice générale de l’UNESCO renforcera l’importance de ce message-clé tout en soulignant le thème de cette année : l’accès aux livres et aux médias numériques dans les langues locales.

Dans le monde entier, les États membres de l’UNESCO sont des acteurs clés de la promotion des langues maternelles par le truchement de leur institutions et associations nationales. Les médias, les écoles, les universités et les associations culturelles jouent un rôle important dans la promotion des objectifs de l’IMLD.

En utilisant le slogan « Le livre vecteur de l’éducation en langue maternelle », l’IMLD 2013 a pour objectif de rappeler aux principales parties prenantes de l’éducation que pour soutenir l’éducation dans la langue maternelle, il est essentiel de soutenir la production de livres dans les langues locales. 

L’importance de matériels didactiques rédigés dans les langues maternelles

Au sens large, l’éducation dans la langue maternelle fait référence à l’utilisation des langues maternelles au sein de la famille et à l’école. L’acquisition de la langue et l’alphabétisation dans la langue maternelle devraient, idéalement, être soutenues par des ressources écrites telles que, notamment, des livres et des manuels, visant à étayer les activités orales. Les matériels didactiques rédigés dans les langues maternelles renforcent l’acquisition de l’alphabétisation et jettent les bases solides de l’apprentissage.

Aujourd’hui, un grand nombre de langues ne sont pas usitées sous une forme écrite, et pourtant, des progrès ont été réalisés en matière d’amélioration de l’orthographe. Des linguistes, pédagogues et enseignants locaux et internationaux travaillent de concert – par exemple avec des populations autochtones d’Amérique latine ou des tribus d’Asie – afin de développer l’orthographe. Pour produire les livres, l’utilisation d’ordinateurs et le recours à l’impression numérique – dont le coût est relativement faible - constituent des moyens de production de matériels didactiques écrits prometteurs, moins onéreux et qui favorisent un accès plus large des apprenants. 

 

L’éducation dans la langue maternelle

Dans le cadre d’une approche pédagogique bilingue ou multilingue, l’UNESCO plaide en faveur d’une éducation dans la langue maternelle dès le plus jeune âge en raison de son importance en termes de création des bases solides de l’apprentissage : l’utilisation de la langue maternelle par les jeunes enfants à la maison ou dans le pré-primaire les prépare à une acquisition de l’alphabétisation sans difficultés dans leur langue maternelle et, ensuite, à ’acquisition d’une seconde langue (peut-être nationale), à un stade ultérieur de leur scolarisation.

Par éducation bilingue ou multilingue, l’UNESCO entend « l'emploi de deux langues ou plus comme vecteurs d'enseignement ». L’Organisation a adopté le terme « éducation multilingue » en 1999 pour faire référence à l’emploi d’au moins trois langues dans le milieu scolaire : la langue maternelle, une langue régionale ou nationale et une langue internationale. 

L’importance de l’éducation dans la langue maternelle pendant les premières années de scolarisation est soulignée dans les constatations d’études, de recherches et de rapports, tels que le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous publié annuellement par l’UNESCO. 

Activités

L’UNESCO lance la célébration de l’IMLD 2013 par un événement qui se tiendra au Siège, à Paris. Le thème de la Journée est le suivant : « Les langues maternelles et les livres – y compris les livres et les manuels numériques ». Des linguistes souligneront l’importance de la contribution des langues maternelles dans la promotion de la diversité linguistique et culturelle, et dans le développement de l’éducation interculturelle par le biais, par exemple, des archives numériques des langues du monde.

L’UNESCO participera à une table ronde à l’université d’Évry (France), où les constatations d’une étude, « Quelles sont les langues que parlent les étudiants de l’université d’Évry ? », seront présentées. Des professeurs d’universités, des étudiants et des linguistes débattront de questions liées aux langues et à l’éducation. L’UNESCO présentera son point de vue sur l’éducation dans la langue maternelle, dans le cadre d’une approche pédagogique bilingue ou multilingue.

L’IMLD 2013 est liée au Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI). L’UNESCO organise une session sur la diversité culturelle et l’identité, la diversité linguistique et le contenu local, au SMSI, le 26 février. L’objectif est de faire progresser l’accès aux contenus pédagogiques locaux ainsi qu’aux connaissances et informations connexes grâce à l’utilisation des langues locales dans les manuels numériques. 

Programme

Maison de l’UNESCO, Paris France

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Ouverture (10h) - SalleIV

Présidente de séance : Mme Soo Choi, Directrice de la Division de l’Education pour la paix et l’environnement durable

  • Discours de bienvenue, Mme Katalin Bogyay, Présidente de la Conférence générale, Ambassadeur et Déléguée permanente de la Hongrie auprès de l’UNESCO
  • Allocution de M. Shahidul Islam, Ambassadeur du Bangladesh en France et Délégué permanent auprès de l’UNESCO 
  • Allocution de M. Qian Tang, Sous-directeur général pour l’éducation et représentant de Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO    

répertoire des faq

Présentations (10h30)

Modératrice: Mme Noro Andriamiseza, Section de l’Education pour la paix et les droits de l’homme

  • Les langues vernaculaires à l’ère de l’anglais, langue internationale, M. Tibor Frank, Professeur et Directeur, School of English and American Studies, Eötvös Loránd Université de Budapest, Hongrie
  • Le présent et le futur de la langue Bangla, M. Philippe Benoit, Professeur, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Paris
  • 7000 langues : promouvoir la diversité linguistique et l’éducation à travers l’écriture et la langue, M. Eric Cattelain, Expert en communication interculturelle et Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux 3
  • L’archivage numérique des langues du monde, M. Freddy Boswell, Directeur exécutif, Summer Institute of Linguistics (SIL) International
  • ’Que représente le 21 février dans notre monde globalisé d’aujourd’hui?’ de M. Tommazel Huq, ancier conseiller spécial du Directeur général de l’UNESCO de 1993 à 1999
répertoire des faq

Séance de questions et réponses (11h30)

répertoire des faq

Interlude musical (12h.)

répertoire des faq

Collation offerte par la Délégation permanente du Bangladesh et Délégation permanente de la Hongrie (13h)

Poster 2013

  • Télécharger le poster (PDF)

    EN | FR