La Journée mondiale de l’océan est l’occasion de fêter notre trésor commun, qui rend la Terre habitable pour les humains en fournissant et régulant le climat, la météo, de l’oxygène, de la nourriture et de nombreux autres bénéfices sociaux, environnementaux et économiques. Cette année, à quelques semaines de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), c’est également une occasion de se mobiliser en faveur de sa préservation.

  L’UNESCO veillera à ce que le rôle des océans soit clairement pris en compte à Rio + 20, dans ses multiples répercutions sur la justice sociale, la préservation de l’environnement et l’efficacité économique.      

Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO,
à l'occasion de la Journée mondiale de l'océan 2012

Poumon de notre planète qui fournit la plus grande partie de l’oxygène que nous respirons, l’océan est également une source importante de nourriture et il constitue une partie essentielle de la biosphère. « L’économie bleue » de l’océan est au centre de nos vies quotidiennes. Les produits de la mer représentent la principale source de protéines pour au moins une personne sur quatre. Les ressources et industries  marines et côtières représentent plus de 5% du PIB mondial, et 90% du commerce mondial s’effectue par voie maritime. Grâce aux avancées technologiques, les activités économiques dans les zones côtières et en eaux profondes s’intensifient et se diversifient de plus en plus.

Pourtant notre océan et ses ressources se détériorent et s’épuisent, alors qu’il est soumis aux pressions croissantes de la surexploitation et de divers types de pollution. Si nous ne changeons rien à nos habitudes, l’acidité de l’océan augmentera de 150% d’ici à 2100 à cause de nos émissions de carbone, mettant en danger la chaine alimentaire dans son ensemble ainsi que des écosystèmes clés, tels les récifs coralliens. Pour maintenir la qualité de vie assurée à l’humanité par l’océan tout en maintenant l’intégrité des écosystèmes marins, il nous faut changer notre vision, gestion et utilisation des ressources marines et des zones côtières.    


Relever le défi

Pourtant, notre connaissance de l’océan reste limitée, et il demeure encore relativement inexploré. Les politiques et les mesures durables et écosystémiques en faveur des océans et des côtes doivent recevoir le soutien de la science, dont la recherche et l’observation. La Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO œuvre depuis cinquante ans pour favoriser la coopération internationale et la coordination de programmes dans les domaines de la recherche et l’observation marine, la conservation et la protection des environnements marins, l’atténuation des risques, et le développement des capacités, afin de comprendre et d’assurer une gestion efficace des ressources des océans et des zones côtières. Elle fournit également une base de connaissances nécessaire au processus de prise de décision de ses états membres.

La conférence de Rio+20 offre la possibilité de définir de nouvelles lignes directives et priorités en ce qui concerne les sciences marines pour le développement durable à l’échelle mondiale. Dans ce but, 4 agences des Nations Unies ont mis en commun leur compétences pour rédiger un ensemble de propositions pour l’océan et fournir un contexte aux discussions de Rio+20, partant de l’analyse des défis actuels de la gestion de l’océan et des côtes à travers le monde : le Plan pour la durabilité de l'océan et des zones côtières.

La communauté internationale doit saisir les nouvelles opportunités qui se présentent en termes d’amélioration de la contribution de l’océan au développement durable, de reconnaissance du concept d’économie verte et d’énergie bleue renouvelable, d’utilisation des ressources biogénétiques, des services écosystémiques, et de la place de l’océan dans le système terrestre, entres autres. Les industries jouent un rôle essentiel pour identifier de nouvelles opportunités, citons en exemple les efforts du secteur du transport maritime pour réduire son empreinte de carbone. 

Une action collective est nécessaire pour protéger ce bien commun. Chacun d’entre nous peut changer les choses, en comprenant les problèmes et en réfléchissant à des solutions durables applicables à notre quotidien, en partageant nos rêves et nos idées. Vous aussi, vous pouvez participer et choisir le Futur que nous voulons.

 

Faits et chiffres

  • L’océan recouvre 70% de la planète. Seul 1% de l’océan est protégé aujourd’hui.

  • Selon les estimations, 50 à 80% de la vie sur Terre se trouve sous la surface de l'océan, qui constitue 90% de l’espace habitable de la planète. Moins de 10% de cet espace a été exploré.

  • De minuscules plantes marines appelées phytoplancton produisent la moitié de l’oxygène de l’atmosphère par photosynthèse.

  • L’océan contient 96% de l’eau de surface de la Terre, le reste étant de l’eau douce trouvée dans les glaces, lacs et rivières.

  • L’océan absorbe environ 25% du CO2 ajouté à l’atmosphère à cause d’activités humaines chaque année, réduisant fortement l’impact de ce gaz à effet de serre sur le climat.

  • L'ensemble des écosystèmes côtiers agissant comme des puits de carbone, tels que les mangroves, les marais salants et les prairies sous-marines, peuvent contenir une quantité de carbone 5 fois supérieure à celle contenue dans les forêts tropicales.


L'UNESCO est fière de soutenir l'expedition scientifique Tara Oceans.