Eduquer pour un monde sans SIDA

De nombreuses personnes à travers le monde saisissent l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA, le 1er décembre, pour sensibiliser davantage à la maladie et réfléchir aux progrès de la réponse que l’on y apporte. Le thème de cette Journée, et de toutes les autres jusqu’en 2015, est « Objectif : zéro ! Zéro nouvelle infection par le VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au SIDA ». Le nouveau Rapport de la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA : Résultats, publié par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), indique que dans 25 pays, dont la plupart en Afrique, les nouvelles infections ont baissé de plus de 50 % depuis 2001. Selon le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, M. Michel Sidibé, « Nous passons du désespoir à l’espoir » qu’un monde sans SIDA soit possible.

Les progrès accomplis doivent renforcer notre détermination à créer un monde libéré du SIDA. Le VIH et le SIDA peuvent être vaincus par un engagement renouvelé et une solidarité durable. Pour ce faire, nous devons utiliser au mieux toutes nos ressources et tirer parti de toutes les données disponibles.     

Irina Bokova, Directrice Générale de l'UNESCO

Ce succès est le résultat des progrès technologiques, d’un accès accru aux traitements, et du recul de la stigmatisation et de la discrimination. L’éducation est au cœur de ces efforts. L’éducation est à la base du succès de tous les programmes relatifs au VIH. Seule une stratégie globale d’éducation au VIH peut permettre aux jeunes de s’informer sur les risques de contamination par le VIH dans leur contexte et d’acquérir les compétences nécessaires pour comprendre les programmes sur le VIH, y accéder et les utiliser afin de se protéger pendant toute leur vie. L’UNESCO cherche à promouvoir, à développer et à soutenir des réponses globales du secteur de l'éducation au VIH et au SIDA en renforçant la capacité des pays, en faisant progresser l’égalité entre les sexes et en protégeant les droits de l’Homme.

Activités

Au mois de décembre, à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA, l’UNESCO conduira des activités dans le monde entier. En Europe orientale et en Asie centrale, il y aura une campagne de prévention en ligne qui s’adressera à deux millions de jeunes. En Amérique latine, il y aura des activités communes visant à fournir des outils et des ressources aux gouvernements en vue d’actions nationales. Une marche sera organisée à Dakar, au Sénégal, pour renforcer la sensibilisation et soutenir les membres du personnel des Nations Unies séropositifs. Au Cameroun, le Bureau de l’UNESCO organise une semaine du VIH qui comprend des ateliers à l’intention des enseignants et des apprenants, ainsi qu’une campagne de dépistage du VIH dans toutes les écoles de Yaoundé. À Beijing, un documentaire sur l’éducation à la sexualité, notamment sur le genre et le VIH, sera présenté pour la première fois. En Thaïlande, l’UNESCO soutient la Journée des droits relatifs à la diversité sexuelle. L’Organisation s’associera également au stand d’exposition des Nations Unies lors du grand événement organisé dans le cadre de la Journée par le ministère thaïlandais de la Santé publique.

Cette Journée mondiale de la lutte contre le SIDA est l’occasion de réfléchir aux progrès réalisés en matière de réduction du nombre de nouvelles infections et de promotion du rôle essentiel de l’éducation dans tous les aspects de la réponse au VIH. Comme le déclare Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, dans le Message qu’elle adresse à l’occasion de cette Journée 2012 : « Les progrès doivent renforcer notre détermination à créer un monde sans SIDA. Le VIH et le SIDA peuvent être vaincus grâce au renouvellement de l’engagement et à la pérennité de la solidarité. Pour y parvenir, nous devons exploiter au mieux l’ensemble de nos ressources et tirer parti de tous éléments probants disponibles. »

Le début

La Journée mondiale de la lutte contre le SIDA, le 1er décembre, est l’occasion de réfléchir à l’impact du VIH et du SIDA, de renforcer la sensibilisation, de faire preuve de solidarité et d’évaluer les progrès réalisés pour faire face à l’épidémie au cours de ces trente dernières années. Observée pour la première fois le 1er décembre 1988, la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA est l’initiative de sensibilisation à la maladie et de prévention la plus ancienne. Ce sont les membres de l’équipe du Programme mondial de lutte contre le SIDA, à l’Organisation mondiale de la Santé qui ont eu l’idée de cette Journée.

Les thèmes ont varié au fil des ans, parmi lesquels : Les jeunes, les femmes et le SIDA, Ça me concerne, et toi ?, Stigmatisation et discrimination, Stop SIDA – Tenir les promesses et Objectif : zéro !

Le rapport ONUSIDA 2012

700 000 nouvelles infections par le VIH de moins en 2011 qu’en 2001

En 2011, selon les estimations :

  • 34 millions de personnes dans le monde sont séropositives
  •  2,5 millions de personnes ont été récemment infectées par le VIH
  •  1,7 million de personnes ont trouvé la mort des suites de maladies liées au SIDA

Selon l’ONUSIDA, une chute de plus de 50 % des nouvelles infections par le VIH a été enregistrée dans 25 pays alors qu’il reste 1 000 jours pour atteindre les objectifs mondiaux de la riposte au SIDA. Ces réductions ont été réalisées dans 25 pays à revenu moyen et inférieur, dont plus de la moitié en Afrique, la région la plus affectée par le VIH.

Néanmoins, il subsiste des lacunes significatives même au niveau des connaissances de base sur le VIH et sa transmission. Dans 26 des 31 pays où l’épidémie est généralisée et où ont été menées récemment des enquêtes représentatives à l’échelon national, moins de 50 % des jeunes femmes ont des connaissances complètes et correctes sur le VIH. Les jeunes femmes, en particulier, sont insuffisamment informées de l’efficacité du préservatif pour empêcher la transmission du VIH. Dans 21 des 25 pays où ont été menées des enquêtes représentatives à l’échelon national, les jeunes hommes maîtrisaient moins de 50 % des connaissances complètes et correctes sur le VIH. Intégralité du rapport

 

Bulletin

  • L’édition de cette lettre d’information électronique porte plus particulièrement sur une petite sélection de divers programmes et évènements soutenus par les bureaux nationaux et régionaux de l’UNESCO à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA.

    Éditions antérieures

UNESCO - Projet SIDA

Le projet de prévention du VIH de l’UNESCO concernera 15 millions de jeunes Africains

Trente ans après l’apparition de l’épidémie et vingt ans après les premiers pas de la riposte mondiale contre le SIDA, les jeunes restent en première ligne de l’épidémie en termes d’infections, de vulnérabilité, d’impact et de potentiel de changement. Comme le souligne le Rapport de l’ONUSIDA sur l’épidémie mondiale de SIDA 2012, les connaissances complètes et correctes sur le VIH ne sont pas encore acquises par le nombre de personnes souhaité.

Généreusement financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI), ce nouveau projet a pour objectif d’améliorer la santé sexuelle et génésique des jeunes d’Afrique orientale et australe en renforçant la qualité et le contenu de l’éducation sexuelle dispensée dans les écoles. Intégralité du projet