Journée mondiale de la liberté de la presse 2003

"Impunité"

Selon les organismes professionnels, des 523 journalistes tués entre 1992 et 2002, 374 ont été intentionnellement assassinés : 128 pour leurs avis politiques, 67 pour avoir exposé la corruption, et 179 parce qu'ils étaient dans des secteurs en conflit mais ont été tués en dépit de s'être identifié comme journalistes.

Malheureusement, dans l'exercice de leur profession, les journalistes peuvent être sujets au harcèlement, à l'emprisonnement, aux attaques voire même au meurtre. Indépendamment de la douleur de la victime, de tels abus représentent également une importante réduction de la liberté d'expression, avec tous ce que cela implique comme limitation sur la jouissance des libertés et des droits dans la société dans son ensemble. Pour toutes les fois qu'un journaliste est exposé à la violence, à l'intimidation ou à la détention arbitraire, ou à cause de son engagement à transmettre la vérité, tous les citoyens sont privés de leur droit à s'exprimer et à agir selon leur conscience. 

Il est un fait très regrettable et inquiétant que la plupart des crimes contre des journalistes demeurent impunis. L'impunité est non seulement une violation du droit de la liberté d'expression mais également un démenti du droit à la vérité - pour la victime ou les personnes qui y sont rattachées et pour la société tout entière. Là où l'impunité règne, le mort-glas de la liberté, de la sécurité et de l'autorité de la loi retenti.

Retour en haut de la page