Journée mondiale de la liberté de la presse 2011

En 2011, la célébration de la Journée mondiale mettra l'accent sur la contribution potentielle de l'Internet et des plates-formes numériques ainsi que des formes les plus conventionnelles du journalisme à la liberté d'expression, à la gouvernance démocratique et au développement durable.

Ce sera également l'occasion d’appeler les États membres à réaffirmer et à mettre en œuvre leurs engagements internationaux pour garantir et promouvoir la liberté d'expression sur l'Internet et de rappeler aux organisations de la société civile, aux individus, et autres parties prenantes leur rôle essentiel dans la promotion de l'Internet comme ressource publique planétaire.

Vingt ans après l'appel à la création de la Journée mondiale de la liberté de la presse, l'irruption du numérique - révolution de l'Internet, émergence de nouvelles formes de médias, et montée en puissance des réseaux sociaux en ligne - a remodelé le paysage des médias et fait de « la presse » en 2011 quelque chose que les participants réunis à Windhoek en 1991 ne pouvaient même pas imaginer.

Nul ne peut nier que l’essor d'Internet a considérablement accru la capacité des individus et des groupes de s’exprimer librement et d’exercer le droit de chercher, recevoir et répandre des informations que leur reconnaît la Charte internationale des droits de l'homme. Plus précisément, les nouvelles plates-formes médiatiques permettent à tous les citoyens de communiquer avec d’innombrables interlocuteurs ; c’est ainsi que les blogueurs du monde entier n’hésitent pas à défier les autorités, à dénoncer la corruption, et à s'exprimer via l'Internet. Ces nouvelles frontières des médias ont transformé les modalités d’accès à l'information et remodelé ce qui était traditionnellement le domaine de la presse écrite, des radiodiffuseurs et des agences de presse.

Cependant, alors même que les nouveaux médias du XXIe siècle en repoussent les frontières, on voit apparaître de nouveaux obstacles et de nouvelles tentatives pour bloquer, filtrer et censurer l'information. Parallèlement, l’essor de l'Internet, le développement des réseaux sociaux et la nouvelle génération de téléphones mobiles suscitent de nouvelles préoccupations liées à la vie privée et à la sécurité des utilisateurs.  

En tant qu’institution des Nations Unies ayant pour mandat de promouvoir la liberté d'expression, l'UNESCO défend la liberté d'expression en tant qu’élément essentiel du processus démocratique qui contribue à la bonne gouvernance, et facteur de développement humain et de sécurité des personnes qui favorise la participation citoyenne et la primauté du droit. Le droit à la liberté d'expression s'applique aussi bien à l'Internet qu’aux formes plus traditionnelles d’expression médiatique - presse écrite, radio et télévision. Tout le problème consiste à optimiser au maximum le potentiel de l'Internet et des médias numériques, sans compromettre les libertés civiles, y compris le droit à la liberté d'expression et à la protection de la vie privée.

Les médias au XXIe siècle : nouvelles frontières, nouveaux obstacles

Les frontières des nouveaux médias : nouvelles formes d'expression, de journalisme et de participation
Les multiples applications de l’Internet, en particulier l'émergence des réseaux sociaux, des contenus générés par les utilisateurs, et du micro-blogging font de chaque utilisateur de la Toile un diffuseur potentiel ayant la possibilité de créer, modifier et partager presque instantanément des contenus numériques et des connaissances avec des millions d'autres utilisateurs, à la fois localement et globalement. >> En lire plus

L’aspect juridique et réglementaire : pour une meilleure protection de la liberté d'expression à l'ère des communications numériques
Jusqu’à une période récente, les télécommunications, la radiodiffusion, et les autres médias étaient des secteurs d'activité distincts, utilisant des technologies différentes et régis par leurs propres règles. La convergence récente des moyens de communication est en train de renverser toutes les barrières mises en place, non seulement entre les journalistes professionnels et les citoyens qui utilisent les nouveaux outils numériques, mais aussi à l’intérieur du cadre juridique et réglementaire. >> En lire plus

Les nouveaux obstacles : blocage en ligne, censure, surveillance, sécurité des journalistes et blogueurs
D’après l'Union internationale des télécommunications (UIT), près de 2 milliards de personnes - plus d'un quart de la population mondiale - ont désormais accès à l'Internet. Ce phénomène a considérablement modifié le paysage médiatique et les flux d'informations. Grâce à sa capacité d’accueil et son potentiel de participation, l'Internet a ouvert de nouveaux horizons à la liberté d'expression, et cette tendance ne pourra que se confirmer à l'avenir. >> En lire plus

Nouvelles tendances du journalisme et nouveaux modèles de gestion : la propriété
L'essor de l'Internet et autres médias numériques constitue un défi particulier pour les moyens d’information traditionnels comme la presse écrite ou la radio. Dans de nombreuses régions du monde, les ventes de journaux ont diminué depuis le début des années 2000, et certains titres ont choisi de ne plus paraître qu’en version électronique. >> En lire plus

Retour en haut de la page