Des médias libres favorisent le dialogue

La meilleure façon pour les médias d’œuvrer au renforcement de la compréhension mutuelle consiste peut-être à consolider la culture médiatique elle-même. Seul un média libre, c'est-à-dire un média dynamique, indépendant, pluraliste, inclusif et équitable, dont la rédaction est libre et à l'abri de la censure et des influences d'intérêts politiques, économiques ou autres, peut intrinsèquement contribuer au dialogue et à la compréhension qui transcendent les barrières. Par ailleurs, des médias libres sont essentiels pour fournir des informations et des connaissances indispensables à une participation éclairée et démocratique et à une bonne gouvernance.

Le journaliste doit être en mesure d'exercer sa profession sans crainte. Il doit pouvoir se déplacer librement pour établir les faits et recueillir les points de vue, diffuser des nouvelles, demander des comptes aux détenteurs du pouvoir et protéger ses sources. Mais le journaliste doit aussi faire montre des plus hautes qualités éthiques et professionnelles et mettre son comportement en accord avec les principes généraux de l'éthique.

Il est d'une importance capitale que les organisations et les associations professionnelles des médias encouragent un journalisme de l'exactitude, du professionnalisme et de l'éthique. Il peut s'agir en l'occurrence de créer des codes de conduite volontaires, de dispenser une formation aux journalistes et de mettre en place des mécanismes d'autoréglementation. Cette responsabilisation des médias devrait être organisée par des systèmes d'autoréglementation qui facilitent le dialogue direct entre les lecteurs, auditeurs, spectateurs ou internautes et les professionnels des médias. Seule l'application de normes professionnelles rigoureuses peut conférer aux médias une crédibilité auprès de leur public.

Un climat politique d'ouverture et de transparence est nécessaire pour que les citoyens puissent contribuer au suivi des enjeux économiques, sociaux et politiques dans leur communauté et dans l'ensemble de la société. Les promesses de transparence et de responsabilisation accrue des administrations publiques doivent être confirmées par des lois garantissant le plein accès à l'information d'intérêt général. Les lois nationales sur l'information doivent prévoir le plein accès à l'information détenue par des organismes publics. La concrétisation de ce droit à l'information permettra de faire en sorte que les médias puissent trouver les informations nécessaires pour demander aux élus des comptes sur ce pour quoi ils ont été élus.

Les médias ne sont pas seulement une sentinelle contre les abus des autorités ou des grandes sociétés, ils donnent aussi un pouvoir aux citoyens en leur fournissant l'information dont ils ont besoin pour exercer leurs droits démocratiques. De la sorte, les médias peuvent faire progresser la bonne gouvernance en permettant qu’un dialogue s'instaure entre les citoyens et les responsables élus. En outre, l'existence d'un service public de radiodiffusion jouissant d'une indépendance éditoriale favorise un dialogue ouvert et offre à la société une programmation diverse à caractère éducatif, culturel et scientifique qui s'ajoute aux nouvelles, au divertissement et au sport. Être au service du public implique aussi la responsabilité de refléter la société dans son ensemble pour donner la parole aux minorités et aux groupes marginalisés et stimuler le dialogue entre tous les groupes de la société.

Retour en haut de la page