Le rôle des médias dans le dialogue interculturel

Les références culturelles déterminent notre identité et la manière dont nous construisons la réalité ; elles influent sur notre perception de nous-mêmes, sur la manière dont nous rencontrons l'autre et sur les modalités de notre interaction avec le monde. Les médias exercent une grande influence non seulement sur ce que nous pensons mais également sur la manière dont nous agissons.

La mondialisation n'est pas seulement un processus économique et technologique. L'interaction accrue entre les peuples, la libre circulation de l'information et l'interdépendance culturelle sont aussi des conséquences de cette mondialisation. Communiquer par-delà les différences culturelles est l'un des défis cruciaux du monde contemporain. Les médias ont dès lors un véritable rôle de médiation à jouer pour encourager une prise de conscience mondiale.

L'émergence d'un nouveau paradigme dans les relations internationales, en partie grâce au lancement du Dialogue entre les civilisations en 2001, a suscité l'apparition d'un agenda mondial dans lequel la notion de dialogue est devenue un principe prioritaire dans les relations entre les civilisations, les cultures et les peuples. Cet agenda mondial a pour objet d'élaborer des normes éthiques communes permettant de faire face aux menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité (1). Cet engagement souligne combien le dialogue international et le respect de la diversité sont nécessaires pour la promotion des droits de l'homme (2).

La Déclaration universelle sur la diversité culturelle a été adoptée en 2001 pour reconnaître la diversité culturelle en tant que patrimoine commun de l'humanité ainsi que les possibilités qu'offre le dialogue interculturel. La Déclaration stipule en son préambule que “la culture doit être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social et qu'elle englobe, outre les arts et lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances”.

Ces dispositions ont été complétées en 2005 par la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, dont l'article 2 souligne en ces termes l'interdépendance de la diversité et du respect des libertés fondamentales : “la diversité culturelle ne peut être protégée et promue que si les droits de l'homme et les libertés fondamentales telles que la liberté d'expression, d'information et de communication, ainsi que la possibilité pour les individus de choisir les expressions culturelles, sont garantis.”

Considérant les cadres de référence ainsi posés, il importe de souligner que l'utilisation de l'information et de la communication pour faire en sorte que les différentes cultures disposent d'un espace pour s'exprimer librement, selon leurs propres règles, revêt une importance capitale pour faire progresser la compréhension mutuelle entre les peuples et entre les cultures. Les médias ont la capacité de faciliter ce dialogue interculturel. En contestant les attitudes communes et les idées reçues concernant les nombreux « autres » dans notre monde, les médias peuvent dépasser les clichés préétablis et éloigner l'ignorance qui alimente la méfiance et la suspicion, favorisant ainsi la tolérance et l'acceptation de la différence et valorisant la diversité en tant que source de compréhension.

L'une des principales difficultés en matière de promotion de la liberté d'expression, et obstacle souvent rencontré sur la voie de la tolérance et de la compréhension, réside dans la tension qui se crée lorsqu'une expression offense ou conteste la culture ou identité d'autrui. L'affaire des « caricatures danoises » (2005) est un exemple récent, et source de nombreux débats, de ce type de tension.

L’UNESCO a réservé, au cours de la 174e session du Conseil exécutif, un espace pour un débat au cours duquel les liens réciproques et la connexion indissoluble entre la liberté d'expression et le respect des croyances et des symboles religieux ont été soulignés. Le Conseil exécutif de l'UNESCO a adopté à cette occasion, à l'unanimité, une décision défendant l'exercice de la liberté d'expression dans un esprit de respect mutuel et de compréhension mutuelle et a exhorté au respect mutuel de la diversité culturelle, des croyances religieuses et des symboles religieux. Ce débat a mis en lumière le rôle que les médias peuvent jouer pour accentuer les différences ou bien créer de la connaissance sur autrui et sur son histoire afin de renforcer la compréhension interculturelle.

Le respect de la différence allant de pair avec la préservation de la liberté d'expression apparaîtra toujours comme une tension qui doit faire l'objet de débats et de négociations dans toute société démocratique. Une parole franche, voire brutale, est un droit, pour autant qu'elle n'est pas sous-tendue par une intention d'inciter à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence. Toute tentative de restreindre le droit à la liberté d'expression doit être jugée à cette aune. Cela étant, nos droits en matière de religion et de culture doivent aussi être respectés. Il n'y a pas de hiérarchie entre les différents droits de l'homme. Ils sont dans une relation nodale et c'est précisément le respect mutuel de tous les droits qui garantit à tout un chacun sa dignité.

Il importe au plus haut point de reconnaître que la diversité culturelle est enrichie par l'expérience et la contribution de toutes les nations, cultures et populations (3). La diversité culturelle promeut les valeurs universelles et crée un terrain d'entente à l'intérieur duquel aucune culture ne peut revendiquer un monopole pour elle seule. Certes, la diversité peut être source de divisions, d'intolérance, voire de violence, mais des médias libres, pluralistes et professionnels fournissent une enceinte pour la négociation non violente de ces différences.

 


(1) - Voir résolution 56/6 de l'Assemblée générale des Nations Unies

(2) -Voir résolution 62/155 de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la diversité culturelle et les droits de l'homme et mesures prises par l'UNESCO, page 43.

(3) - Voir Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Retour en haut de la page