La radio au service des enfants

© Michel Delorme - Radioenfant.ca

Les enfants sont bons à la radio. La radio, c’est bon pour les enfants et les entendre à la radio, c’est bien pour tout le monde. Ils sont éloquents, intéressants et drôles. Comment se fait-il que les enfants soient les oubliés de la radio. Au Canada, ils représentent autour de 20% de la population, mais moins de 1% des contenus à la radio les concernent. Dans les pays en développement, les enfants forment autour de 40 % de la population, mais aucun service de radio ne leur est consacré. Partout, la radio est centrée sur les goûts des adultes, la radio s’adresse aux personnes de 15 ans et plus et les enfants sont ignorés. Ni les autorités, ni les médias ne posent une réflexion sur ce phénomène de la radio au service des enfants !

En dépit de la déclaration de droits ou des lois, on ne respecte pas les enfants en matière de radio. Dans plusieurs pays d’avant-garde au chapitre des droits et du législatif, les enfants sont souvent les oubliés de la radio, même si la Loi nationale de la radiodiffusion est claire : les services de programmation doivent servir les besoins, les goûts et aspirations des hommes, des femmes et des enfants. L’indifférence des médias encourage les autorités à ne pas répondre à cette question du respect de la Loi de la radiodiffusion à l’égard des enfants. On ignore cette question !

Mon expérience de plusieurs années en matière de production radio avec des enfants confirme que la radio est un média facilement accessible aux enfants et à fort potentiel de développement, beaucoup plus que l’écrit ou le télévisuel. La radio, c’est l’univers du son, de la parole et de la musique. Les enfants viennent volontiers au micro s’exprimer et poser des questions. Les jeunes sont de grands consommateurs, mais ils sont aussi d’excellents créateurs de contenus. C’est à nous, adultes, de s’assurer de leur donner la parole à la radio.

Un fort potentiel d’éveil et de communication !

À partir d'un très jeune âge, la radio pourrait éveiller les enfants à de multiples univers ludiques et éducatifs. Sur les ondes radio, offrir une place aux chansons d’enfants, à leur musique et à la littérature rejoindrait, sans conteste, un large public. La radio des enfants doit être ouverte à une variété de genres musicaux et de contenus artistiques. La radio des enfants cultive l'imaginaire, nourrit la rêverie et incite aux jeux. La radio des enfants offre des informations adaptées au besoin de connaître son milieu et d'y être actif. Elle informe les enfants sur ce qu’il faut savoir pour bien vivre en société, comme c’est le cas pour les adultes. Elle favorise la socialisation. La radio pour les enfants motive et éveille la curiosité. La radio créée des échanges, elle est interactive : on écoute et on y parle. Une radio-communauté des jeunes prend forme incitant au dialogue et à l'engagement. La radio est un moyen pour apprendre, c’est une école sans mur. La radio locale renforce la culture locale. La radio des enfants est amusante; elle fait rire par ses histoires, ses contes et ses devinettes. Pour l’enfant, c’est un jeu qui suscite la rêverie et nourrit son imaginaire.

La radio est sous-utilisée en éducation, on exploite peu son potentiel éducatif. À l’école, lorsque la radio installe ses équipements, c’est une occasion de vivre une expérience de communication. La radio facilite, entre autres, le perfectionnement du langage. Dans le cadre scolaire, la radio s'avère une activité pédagogique performante rejoignant les objectifs académiques. La radio éducative à promouvoir n'est pas strictement didactique en offrant des cours à la radio mais communicative et enjouée. Accessibles et bien ancrées dans leur vécu, la musique, la chanson sont appréciées des jeunes comme un reflet de leur univers. Les nouvelles technologies associées au Web permettent à la radio d'élargir sa fonction éducative à une plus grande audience. Cette nouvelle radio représente une occasion efficace et économiquement réalisable pour les jeunes de s'exprimer, d’exposer leurs savoirs, leurs intérêts et leurs préoccupations. Le goût de communiquer est au centre de la radio éducative et l'interaction avec son public nourrit l'expression.

La communication est un vecteur majeur de développement, surtout pour les enfants. Dans notre monde, la communication passe beaucoup par les médias. Les technologies telles la télévision, les jeux électroniques et Internet sont omniprésents dans l'univers des jeunes et la communication risquent de devenir plus spectaculaire et moins participative. Les échanges étaient autrefois à l'échelle locale, communautaire, dans un environnement immédiat basé sur des canaux traditionnels d'expression. Le défi de la communication moderne pour les enfants exige l'implication de ceux-ci dans des projets locaux intégrés dans leur vécu. Les nouvelles technologies couplées à la miniaturisation des équipements rendent la radio accessible aux plus jeunes. Les enfants excellent rapidement dans l'utilisation de ces nouveaux médias. Il est possible d'imaginer des services de radio dont l'essentiel des contenus émanerait de jeunes artisans (de 4 à 18 ans) soutenus par un encadrement technique, respectueux et responsable d’adultes, les jeunes pourraient produire et recevoir d'excellentes programmations émanant de l’école ou du centre communautaire reliées en réseau.

Déclaration des droits de l'enfant, article 13

« L'enfant a droit à la liberté d'expression, qui comprend la liberté de recevoir et de répandre des informations et des idées, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l'enfant ».

La radio est un excellent média pour les enfants, nous devons respecter ce droit acquis et reconnu. Chaque grande ville de plus de 250 000 habitants, devrait offrir à ses enfants une radio éducative et ludique.

- Michel Delorme

À propos de l'auteur

Michel Delorme se consacre, depuis 15 ans, à la création de radio pour les enfants. Il a produit de la radio avec les élèves de plus de 500 écoles au Canada et plus récemment à Haïti. En 2007, l’UNICEF-Madagascar fait appel à ses services pour la production d'émissions de radio ludique et éducative. Actuellement, il travaille à la création de la radio jeunesse à Haïti, sous la direction Michaëlle Jean, envoyée spéciale pour l’Unesco à Haïti.

Michel Delorme, pionnier de la radio communautaire au Canada, est à l'origine des associations québécoise et canadienne et de la 1ère assemblée mondiale de radios communautaires, Montréal 1983, élu président fondateur de l’AMARC (88-92). « Pensez globalement, agir localement », c’est avec cette idée qu’il a parcouru le Québec, le Canada, l'Acadie, l’Afrique et le Vietnam à démarrer des radios au service des populations et les regrouper dans une association mondiale, partenaire de l’UNESCO.

www.radioenfant.ca

Michel Delorme autorise les radios et internautes à utiliser en partie ou en totalité cet article pour célébrer la Journée mondiale de la radio.

Avertissement

Les désignations employées dans cet article et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’UNESCO aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Les idées et les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs ; elles ne reflètent pas nécessairement les points de vue de l’UNESCO et n’engagent en aucune façon l’Organisation.

 

Retour en haut de la page