Eau et énergie

L’eau est essentielle à la vie, et c’est le dénominateur commun de tous les enjeux du développement durable. Nous avons besoin d’eau pour produire de la nourriture. Nous avons besoin d’eau pour produire de l’énergie. Améliorer l’accès à l’eau, c’est aussi permettre à des millions de filles d’aller à l’école au lieu de marcher des kilomètres jusqu’au puits. C’est améliorer la santé maternelle, réduire la mortalité infantile, préserver l’environnement.

Design by Sana Sandler / Courtesy Argonne National Laboratory.

Nous devons mieux appréhender les interactions complexes entre des ressources liées entre elles comme l’eau, la nourriture et l’énergie. Et nous devons reconnaître qu’il est impossible de gérer ces ressources de façon durable si nous les traitons de façon isolée. Chaque mode de production d’énergie a des conséquences sur la quantité et la qualité de l’eau disponible. Les choix faits dans un secteur se répercutent sur l’autre, pour le meilleur et pour le pire. Le rapport mondial sur l’eau lancé aujourd’hui confirme par exemple que les populations qui manquent d’électricité sont aussi celles qui manquent d’eau. Et ce n’est pas le hasard : il faut de l’eau pour produire de l’énergie, et il faut de l’énergie pour assainir et acheminer l’eau. Les deux sont indispensables au bien être et au développement durable.

CC alkhodarev/Flickr. Centrale électrique, Seal beach, États Unis.

La durabilité repose sur notre capacité à comprendre toutes ces connexions et à construire des politiques mieux adaptées, capables d’appréhender de façon plus intégrée les ressources interconnectées. Le défi est d’autant plus grand que la demande en eau et en énergie explose, en particulier dans les économies émergentes où l’agriculture, l’industrie et les villes se développent à un rythme effréné. Nous devons trouver des moyens de garantir un accès à l’eau et à l’énergie en qualité et en quantité suffisante, de façon durable.

La durabilité repose également sur la meilleure coopération de tous les acteurs de l’eau – décideurs politiques, scientifiques et entreprises publiques ou privées qui trop souvent s’ignorent alors qu’ils dépendent mutuellement les uns des autres. L’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau en 2013 a posé des jalons importants. L’initiative du Secrétaire général adjoint des Nations Unies M. Jan Eliasson sur l’assainissement appelle également à une action collective plus forte pour mieux gérer les déchets humains et les eaux usées. Le manque d’assainissement a des conséquences catastrophiques, en particulier pour les enfants, et la clé du problème passe aussi par l’énergie.

Il y a suffisamment d’eau pour tout le monde sur la planète. Ce qui  nous manque encore, c’est une meilleure gouvernance et le courage collectif de définir des compromis équitables. Ceux-ci doivent s’appuyer sur les résultats de la recherche et sur des données fiables. L’UNESCO va continuer de mettre ses ressources au service de cette cause, notamment notre Programme hydrologique international, l’institut de Delft pour l’éducation à l’eau, les centres et chaires spécialisées sur l'eau, les données du Programme mondial d'évaluation des ressources en eau…

Chine, mai 2011 : à l’occasion de la semaine nationale dédiée à la préservation de l’eau en milieu urbain, une enseignante explique à une classe de maternelle à Yinchuan (au Nord de la Chine) comment économiser l’eau au quotidien.

© Xinhua. Une institutrice montre comment économiser l'eau au quotidien aux enfants de maternelle, Yinchuan (Chine)


qui sont autant de moyens de renforcer les capacités, d’approfondir la recherche, de partager les bonnes pratiques. Ensemble, nous pouvons mieux intégrer l'eau et l’assainissement, et le lien entre l’eau et l’énergie comme leviers positifs pour le développement durable.

     Message d'Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO,
    à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau 2014    

    Français ǀ  English ǀ Español ǀ Русский ǀ العربية ǀ 中文 (pdf)

 

Site web officiel de la Journée

Rapport sur l'eau et l'énergie

Lancement du Rapport mondial 2014 sur la mise en valeur des ressources en eau

La hausse de la demande énergétique risque de peser lourd sur les ressources en eau, notamment dans les régions arides, met en garde le rapport qui plaide notamment pour une révision des politiques tarifaires. Le rapport préconise également une meilleure coordination des services d’eau et d’énergie.

Le lancement du Rapport aura lieu a Tokyo, au Japon, le 21 mars 2014.

Consultez le rapport

Le saviez-vous ?

  • Deux des composantes de l’approvisionnement en eau consomment de l’énergie : le pompage et le traitement (avant et après son utilisation).

  • Aujourd’hui encore, 768 millions de personnes n'ont pas accès à une source d'eau améliorée et quelque 2,5 milliards d'individus sont privés d'accès à un assainissement amélioré.

  • Plus de 1,3 milliard de personnes dans le monde sont toujours privées d'accès à l'électricité et près de 2,6 milliards d'individus dépendent de l'utilisation traditionnelle de la biomasse pour cuisiner.

  • Le plus souvent, les personnes qui n’ont pas accès à une source d’eau ou un assainissement amélioré sont également privées d'accès à l'électricité.

  • Les prélèvements d'eau destinés à la production énergétique correspondent à 15 % du total des prélèvements d'eau au monde. Les prélèvements devraient augmenter de 20 % d'ici à 2035, tandis que la consommation connaîtra, quant à elle, une hausse de 85 %.

  • Environ 75 % de l'ensemble des prélèvements d'eau à usage industriel sont destinés à la production énergétique.

  • L'énergie hydroélectrique est aujourd'hui la première source de production d'électricité au monde ; elle devrait continuer de couvrir près de 16% des besoins mondiaux en électricité jusqu'en 2035.

  • Bien que la majorité de l’eau utilisée pour produire l’énergie hydroélectrique retourne à la rivière, les impacts sur la qualité et le rythme du débit de la rivière demeurent importants ; de plus une partie de l’eau s’évapore.