Journée internationale de la paix - 21 septembre

Message de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova

La Journée internationale de la paix traduit l’aspiration profonde de tous les peuples à vivre ensemble, libres et égaux en dignité et en droits.  En 2014, cette célébration est placée sous le signe du « Droit des peuples à la paix », à l’occasion du 30ème anniversaire de l’adoption par les Nations Unies de la déclaration du même nom.

© Photo ONU / Stephenie Hollyman

Le droit à la paix revêt une acuité toute particulière en regard des violences qui déchirent la planète. Pour construire la paix, nous devons comprendre les nouvelles réalités de la guerre, et la façon dont aujourd’hui en Syrie, en Iraq et ailleurs, on s’attaque à la fois aux vies humaines et aux identités, dans un affrontement dont le but est d’effacer les valeurs culturelles et religieuses des peuples.

Pour construire la paix, il faut ouvrir les yeux sur la réalité de la crise cachée de l’éducation pendant les conflits, lorsque les écoles sont prises pour cibles des combats, ou que l’enseignement devient un moyen d’endoctriner ou de semer la haine.

« Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes et des femmes, c’est dans l’esprit des hommes et des femmes que doivent s’élever les défenses de la paix. »

© Photo ONU / Isaac Billy

Cette déclaration fondatrice des Etats Membres de l’UNESCO, formulée il y a 70 ans dans les ruines de la Seconde Guerre mondiale, reste profondément actuelle. Devant les ravages des guerres modernes, nous devons retrouver la même audace et investir plus fortement dans les leviers de la paix durable : le respect des droits humains, de la dignité humaine, des valeurs démocratiques. Contre les discours de haine qui cherchent à dresser les cultures les unes contre les autres, nous devons garantir l’accès universel à une éducation de qualité qui permet de résister aux appels à la violence. Contre la destruction de la diversité culturelle et les persécutions des minorités, nous devons protéger le patrimoine comme un levier de compréhension mutuelle. Contre l’ignorance et la censure, nous devons garantir la liberté d’expression et protéger les journalistes. Nous devons lutter sans relâche contre le racisme, la discrimination, l’extrémisme, la manipulation des identités culturelles et religieuses. La Décennie internationale du rapprochement des cultures (2013-2022), dont l’UNESCO est chef de file, est opportunité d’unir nos efforts pour construire une véritable « Culture de la paix », dans l’esprit de la déclaration de Yamoussoukro adoptée il y a 25 ans. J’appelle en ce jour l’ensemble des Etats Membres de l’UNESCO à se mobiliser dans ce but, pour faire taire les armes et cesser la violence.

Téléchargez le message en format PDF :
Français ǀ English ǀ Español ǀ Русский ǀ العربية ǀ 中文

 

 

Retour en haut de la page