Cérémonie de lancement, UNESCO, le 21 janvier 2014

David Bish, Indiana University, CheMin Instrument Team

Les premiers résultats de la diffraction aux rayons X venus d’une autre planète

David Bish

SYNOPSIS

Le laboratoire Mars Science Laboratory (MSL) a commencé son voyage vers Mars en novembre 2011 et débarqua sur le cratère Gale dans la nuit du 5 août 2012. Le cratère Gale est occupé en son centre par le Mt Sharp, qui est trois fois plus haut que le Grand Canyon (États-Unis) est profond.

MSL transporte dix instruments sur, ou à l'intérieur, du robot Curiosity rover, y compris CheMin, un instrument miniature de diffraction aux rayons X (DRX) et fluorescence aux rayons X (FRX). La DRX est une technique bien établie sur Terre, utilisant le plus souvent des installations lourdes en laboratoire. Elle peut fournir des identifications plus précises des minéraux en comparaison à toute autre méthode précédemment utilisée sur la planète rouge. Curiosity a fourni des échantillons tamisés (150 μm) de sols à CheMin qui a la taille d’une boite de chaussure. Les premières données de DRX ont été mesurées avec succès sur Mars en octobre 2012, coïncidant avec le 100ème anniversaire de la découverte de la diffraction aux rayons X par von Laue.

L’instrument CheMin DRX/FRX a tout d’abord analysé un échantillon de sol/poussière martiens recueillis sur une dune, et a constaté qu’il était très similaire au sol sur les flancs du volcan Mauna Kea à Hawaï. Cet échantillon contenait des minéraux qui se trouvent couramment dans les basaltes, mélangés avec des matériaux amorphes ou vitreux. Aucun des minéraux argileux connus n’ont été découverts dans le sol Martien, ce qui suggère une absence d’interaction avec de l’eau liquide. Les analyses par DRX ultérieures de roches forées ont révélé la présence de minéraux argileux en plus des minéraux trouvés dans le basalte. Le niveau de détail fourni par le CheMin était auparavant impossible à obtenir, et fournit même des informations sur les conditions de formation des roches. Les minéraux argileux sont compatibles avec la formation dans l’eau. En outre, l’âge de ces roches montre que Mars a eu environnement humide plus récemment qu’on ne le pensait. De plus, les minéraux particuliers trouvés dans les roches sont compatibles avec un milieu propice à la vie, c’est à dire avec un pH voisin de la neutralité et des températures modérées.

PRESENTATION

Retour en haut de la page