Cérémonie de lancement, UNESCO, le 21 janvier 2014

Peter Lu, Chercheur postdoctorant, Université de Harvard, États-Unis

Mathématiques modernes dans l’architecture Islamique médiévale

Peter Lu
Chercheur postdoctorant, Université de Harvard, États-Unis

SYNOPSIS

La vision conventionnelle stipule que les motifs girih (étoiles et polygones géométriques) dans l’architecture médiévale islamique ont ete conçus en tant que réseaux de lignes en zigzag et dessinés directement à la règle et au compas.

Je décrirai des découvertes récentes qui montrent qu’en 1200, une avancée conceptuelle a vu le jour, dans laquelle les motifs girih sont repensés sous forme de mosaïques d’une série spéciale de polygones équilateraux (pavage girih) décorés avec des lignes. Ces pavages girih ont permis la création de motifs girih d’une periodicite de plus en plus complexe.

Au 15ème siècle, l’approche de tessellation a été combinée à des transformations auto-similaires pour créer des motifs quasi-cristallins presque parfaits. Les motifs quasicristaux ont des propriétés remarquables : ils ne se répètent pas périodiquement, présentent une symétrie spéciale et ne furent compris par le monde occidental qu’à partir des années 1970. Je discuterai certaines propriétés des carreaux quasi-cristallins et de leur relation avec le carreau de le pavage de Penrose, peut-être le mieux connu des motifs quasi-cristaux.

PRESENTATION

La conférence donnée par Peter Lu à l’UNESCO en janvier 2014 était une version abrégée d’une présentation d’une heure faite lors d’un colloque du Département de physique de l’Université d’Harvard en décembre 2007. Le Dr Lu demande qu’un lien soit fait vers sa présentation plus longue sur le même sujet.

Retour en haut de la page