Cérémonie de lancement, UNESCO, le 21 janvier 2014

Chris Llewellyn Smith, Directeur de recherche dans le domaine de l’énergie à l’Université d’Oxford et Président du Conseil de SESAME

Le projet SESAME : faire avancer la science, créer des passerelles

Chris Llewellyn Smith

SYNOPSIS

SESAME (Synchrotron-light for Experimental Science and Applications in the Middle East) est une source de lumière synchrotron 2,5GeV de troisième génération, actuellement en construction en Jordanie. Les membres sont actuellement l’Autorité palestinienne, le Bahreïn, Chypre, l’Egypte, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Pakistan et la Turquie. SESAME aura pour mission de :

  • Renforcer la recherche scientifique de niveau international au Moyen-Orient et dans les pays voisins, dans des domaines aussi variés que la médecine et la biologie, la science des matériaux, la physique et la chimie, l’environnement, l’agriculture et l’archéologie ;
  • Stimuler la collaboration entre les pays, le dialogue et la compréhension entre des scientifiques venus de différents horizons culturels, politiques et religieux ; et il est à espérer qu’il pourra :
  • Inverser la fuite des cerveaux qui freine la progression de l’éducation scientifique et de la recherche.

SESAME a été créé de manière « bottom-up » (du bas vers le haut) par des scientifiques qui ont persuadé leurs gouvernements d’y adhérer. Il a été établi sur le modèle du CERN et sous les auspices de l’UNESCO. SESAME est en bonne voie pour démarrer fin 2015 ou début 2016, bien qu’il reste des défis à relever. Après avoir présenté les origines de SESAME, je décrirai le statut du projet et le programme expérimental initial.

PRESENTATION

Retour en haut de la page