27.04.2011 - ODG

Irina Bokova se félicite du partenariat des parlementaires roumains avec l'UNESCO

© Sova Liviu - La Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova s’entretient avec Roberta Alma Anastase, Présidente de la Chambre des députés de Roumanie, au palais du Parlement à Bucarest, le 26 avril 2011

Se félicitant de l’engagement du Parlement roumain envers l'UNESCO, la Directrice générale, Irina Bokova, lors d’une série d’entretiens avec les responsables parlementaires le 26 avril 2011 à Bucarest, a affirmé l’importance du multilatéralisme pour trouver des réponses aux défis mondiaux complexes.

Créée en 2008, la Commission parlementaire commune des deux chambres pour l'UNESCO est unique au monde. « Cet organe témoigne du soutien de la Roumanie au mandat de l'UNESCO », a déclaré la Directrice générale à Roberta Alma Anastase, Présidente de la Chambre des députés. « Instaurer le dialogue avec les partenaires est de plus en plus important pour notre travail car les partenaires jouent un rôle clé dans une démocratie, qu’il s’agisse de voter les budgets de l'éducation, de faire passer une législation relative à la liberté d’expression, de ratifier les conventions ou de prendre des décisions difficiles sur le changement climatique ».

Mme Anastase a déclaré que la Commission commune permettait aux parlementaires « d’être pleinement informés sur les projets et d’être ainsi en mesure d’exercer les pressions voulues sur les responsables gouvernementaux ».

La Directrice générale a souligné la nécessité d’investir dans l'éducation, la science et la recherche pour sortir de la crise économique, un message que les dirigeants du pays ont accueilli avec satisfaction. Mme Anastase a appelé l’attention sur les efforts déployés par la Roumanie pour améliorer la qualité de l'éducation, à travers un apprentissage davantage centré sur l’enfant et des liens plus étroits avec le marché du travail.

Le Président du Sénat, M. Mircea Geoana, a appelé l'UNESCO à fournir une « orientation stratégique » dans les domaines de l'éducation, de la culture et de la recherche, déclarant que « nous devons regarder plus loin que l’agenda politique et les budgets d’austérité pour remédier aux problèmes structurels et définir le modèle économique et social approprié ».

Les membres de la Commission commune dirigée par M. Horea-Dorin Uioreanu ont fait part à la Directrice générale de leurs préoccupations face à la tendance à l’uniformisation imposée par la mondialisation, qui mettait en péril les cultures et les langues. « Nous luttons tous les jours pour la pluralité des cultures », a déclaré la Directrice générale, appelant l’attention sur la campagne efficace mais difficile menée par l'UNESCO pour que l’Assemblée générale des Nations Unies reconnaisse la culture comme faisant partie intégrante du développement.

À plusieurs reprises, Mme Bokova a exprimé « son amitié et son affection » pour la Roumanie – pays voisin de sa Bulgarie natale – et a réaffirmé l’importance de la coopération culturelle dans l’Europe du Sud-Est.

Elle a dévoilé une série de timbres postaux représentant le palais du Parlement et a saisi cette occasion pour remercier les parlementaires roumains de promouvoir le « multilatéralisme ainsi que les valeurs et les actions communes ».

Lors d’une visite au Musée du paysan roumain, la Directrice générale a pu apprécier la richesse du patrimoine et des traditions nationales illustrées des icônes, des costumes brodés, des objets en céramique, des reconstitutions de maisons en bois et d’autres témoignages de la vie rurale. Ces collections ont été récompensées en 1996 par le Prix du musée européen.




<- retour vers Partenaires et donateurs
Retour en haut de la page