28.02.2014 - ODG

La ruée vers l’or bleue ne peut nous permettre de gérer l'océan

© UNESCO/G. Papagiannis - KGO TV anchor Cheryl Jennings interviews Director General Bokova on the new Gold Rush on the Blue Economy across from the San Francisco Bay

Nos vies dépendent d'un océan en bonne santé. L’océan fait partie du futur que nous voulons construire.

Mettant en garde contre les risques d’une ruée vers l’or bleu, la Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a participé au sommet mondial des océans qui s’est tenu à Half Moon Bay en Californie en début de semaine. " L’économie bleue n'est pas une nouvelle frontière à conquérir. Elle existe déjà et contribue considérablement à notre bien-être économique et social global. La question est de savoir comment en tirer le meilleur parti pour le bénéfice de tous et de façon durable » a écrit Mme Bokova dans une tribune parue dans le Huffington Post.

La Directrice générale a rejoint la secrétaire exécutive de la commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO, Mme Wendy Watson-Wright, lors de ce sommet, où les meilleurs spécialistes de l’océan, les représentants des entreprises, des chefs d’Etats et des défenseurs de l’océan ont travaillé ensemble pour trouver des solutions au problème de gouvernance des océans, mis en évidence dans des rapports qui soulignent la dégradation des océans.

Accompagnée de Mme Wendy Watson-Wright, la Directrice Générale a tenu des réunions durant cette conférence pour approfondir les efforts et renforcer les partenariats de la commission océanographique intergouvernementale. Au cours de leur rencontre, Irina Bokova et le Prince Albert II de Monaco ont traité un éventail de sujets, parmi lesquels l’initiative de l’année polaire internationale et le programme sur les efflorescences algales nuisibles, préoccupations de la principauté.

Les questions de gouvernance et de coordination ont été traitées lors de réunions avec l’ancien président du Costa Rica, le coprésident de la commission mondiale de l’océan Jose Maria Figueres et la commissaire européenne en charge des affaires maritimes, Maria Damanaki.

Dans son discours de clôture, le président de la république portugaise Anibal Silva Cavavco a sonné l’alarme et appelé la communauté internationale à redoubler d’efforts pour protéger l’océan. Le sommet est maintenant une biennale organisée par le magazine The Economist.




<- retour vers Partenaires et donateurs
Retour en haut de la page