10.11.2011 -

La Directrice générale de l’UNESCO lance un Fonds d’urgence en clôture de la Conférence générale

Le Gabon annonce un don immédiat de 2 millions de dollars

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a lancé aujourd’hui un Fonds d’urgence multi-donateurs pour compenser le déficit de trésorerie  consécutif à la suspension de la contribution des Etats-Unis. La Directrice générale a fait cette annonce lors de la clôture de 36e session de Conférence générale.

Les Etats-Unis ont suspendu leur contribution suite à l’admission de la Palestine à l’UNESCO le 31 octobre, comme l’exigent des lois américaines datant des années 1990. Cela se traduit pour l’UNESCO par un déficit de trésorerie de 65 millions de dollars d’ici la fin de l’année 2011 et un déficit à venir de 22 pourcent du budget de l’UNESCO 2012-2013 de 653 millions de dollars des Etats-Unis. Israël a fait de même et suspendu sa contribution de 1,5 million de dollars (0,3% du budget de l’UNESCO) pour 2012-2013.

Cette annonce des Etats-Unis a provoqué un élan de soutien sans précédent en faveur de l’UNESCO de la part de particuliers, d’associations et de sociétés privées dans toutes les régions du monde. « Je vois dans ces manifestations de soutien une claire reconnaissance du bien que l’UNESCO fait dans le monde. Ce sont des preuves de succès très concrètes », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO.

Le Fonds sera ouvert à tous les donateurs, qu’il s’agisse des Etats membres, des institutions publiques, des fondations ou des particuliers. Le gouvernement du Gabon a annoncé immédiatement un don de 2 millions de dollars. Le public peut faire effectuer des dons en ligne à l’adresse suivante : www.unesco.org/donate

Ce Fonds fait partie des quatre mesures d’urgence proposées par Irina Bokova pour faire face au déficit de trésorerie. La Directrice générale a également :

  • ·         Incité les Etats membres à soutenir une augmentation immédiate du Fonds de roulement de l’Organisation pour 2012-2013 pour le faire passer de 30 à 65 millions de dollars.
  • ·         Appelé tous les gouvernements à verser leurs contributions aussi vite que possible en 2012
  • ·         Proposé de reporter le système par lequel les Etats membres qui versent leur contribution à temps bénéficient d’une réduction

Pour compenser le déficit de trésorerie d’ici la fin de l’année 2011, la Directrice générale a déclaré devant la Conférence générale que l’UNESCO avait déjà commencé à passer en revue toutes les activités de l’Organisation prévues pour novembre et décembre. « J’ai interrompu temporairement certaines activités pour réviser leurs coûts », a déclaré Irina Bokova.

« Je sais très bien que cette situation est aussi une opportunité d’accélérer la réforme », a-t-elle poursuivi. « Je suis totalement prête à réviser l’ensemble de notre action, nos modalités de fonctionnement, nos structures au sein du Secrétariat ».

La Directrice générale s’exprimait lors de la session plénière finale de la 36e session de la Conférence générale, qui s’est terminée aujourd’hui.

Les autres décisions prises pendant la Conférence générale sont :

Le Soudan du Sud et la Palestine ont été admis comme Etats membres de l’UNESCO et Curaçao et Sint Maarten comme Membres associés. Cela porte le nombre total d’Etats membres à 195, celui de Membres associés à huit.

Plusieurs Chefs d’Etats ont pris part à la Conférence générale notamment Georgi Parvanov, Président de la République de Bulgarie ; Susilo Bambang Yudhoyono, Président de l’Indonésie ; Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire ; Ali Bongo Ondimba, Président de la République du Gabon ; Tillman Thomas, Premier ministre de Grenade ; Pascal Irénée Koupaki, Premier ministre du Bénin et Raila Odinga, Premier ministre du Kenya et Johnson Toribiong, Président de la République de Palau.

Plusieurs de ces responsables politiques ont participé au Forum des dirigeants (26 et 27 octobre) sur le thème « Comment l’UNESCO contribue-t-elle à l’édification de la culture de la paix et au développement durable ? ».

La Président du Brésil, Dilma Rousseff, a rendu visite à la Directrice générale le samedi 5 novembre.

La Présentation du Blueprint for Ocean and Coastal Sustainability (Plan pour la durabilité de l’océan et du littoral) le 1er novembre et la réunion plénière spéciale du 2 novembre pour célébrer le 10e anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle font partie des autres moments marquants de cette session.

La Conférence générale a également adopté deux nouvelles journées internationales : la Journée mondiale de la radio le 13 février et la Journée internationale du jazz le 30 avril.

Lors de la clôture de la Conférence générale, la Directrice générale a tiré trois conclusions pour l’UNESCO : assumer un leadership plus affirmé, mettre l’accent sur l’innovation en abordant de nouvelles problématiques avec de nouveaux partenaires, poursuivre le changement et construire sur la base des résultats de la réforme.

« Notre mandat est ambitieux, comme doit l’être notre action. Les attentes sont fortes. Je suis déterminée, nous devons y répondre […] Cette période incertaine appelle à plus d’UNESCO et d’une meilleure manière ».

***

 

 

 




<- retour vers Partenaires et donateurs
Retour en haut de la page