27.01.2012 -

La Directrice générale élabore une « feuille de route pour l'avenir» pour les délégations de l'UNESCO

© UNESCO/FW Russell-Rivoallan -"Ce moment est une opportunité pour édifier une Organisation de pointe", a dit la Directrice générale.

La Directrice générale a tenu une session spéciale d'information avec les délégations permanentes le 26 janvier 2012, pour les informer des mesures prises pour faire face aux difficultés financières actuelles de l'Organisation. La Directrice générale a ouvert la séance par un examen des économies effectuées avant la fin de l’année 2011. Elle a ensuite donné un aperçu des changements qui seront nécessaires pour relever les défis de 2012, ainsi que les réformes profondes envisagées pour améliorer la performance de l'Organisation et son efficacité dans le long terme.

Irina Bokova a déclaré, devant une salle bondée, qu’en moins de six semaines depuis la fin de l'année dernière, des mesures «drastiques» avaient été prises pour absorber le déficit de 72 millions de dollars. Cela a été accompli par une réduction massive des dépenses et en libérant des ressources. Par exemple, quelque 4 millions de dollars ont été économisés par la réduction des coûts de voyage, avec un nombre de de 319 missions initialement prévues en décembre 2011 réduites à 70. L'assistance temporaire a également été réduite : seuls 160 des 482 contrats temporaires ont été renouvelés. Plusieurs activités ont été annulées ou reportées. On a enfin puisé dans la totalité du Fonds de roulement afin de compenser le déficit restant.

Simultanément à ces mesures, le Fonds d’urgence multi-donateurs a été lancé. À ce jour, ce fonds a reçu plus de 25 millions de dollars en contributions et plusieurs autres millions en promesses de dons. La Turquie, a déclaré la Directrice générale, a été le dernier État membre à contribuer à ce Fonds, avec un don de 5 millions de dollars. Environ 30,000 dollars sont le fruit de dons individuels. Mme Bokova a remercié chaleureusement tous ceux qui ont manifesté leur solidarité avec l'UNESCO.

Quant à l'exercice biennal qui débute actuellement, la Directrice générale a souligné que la suspension du financement des États-Unis et d’Israël a donné lieu à une forte réduction budgétaire de l'Organisation qui passe d’un budget prévu de 653 millions de dollars à 465 millions de dollars.
«Atteindre les objectifs de l'Organisation durant 2012-2013 avec des coupes budgétaires de cette ampleur nécessiterait un changement profond dans notre façon de travailler,» dit-elle.

Dans cette perspective, la Directrice générale prépare une feuille de route qui sera présentée à la prochaine réunion du Conseil exécutif qui débute le 27 février prochain. Cette feuille de route, dit-elle, serait basée sur trois principes fondamentaux :

1) Mettre l'accent sur la prestation des programmes et la protection de notre leadership
2) Rechercher des économies de coûts ainsi que des gains en efficacité
3) Transformer la façon dont nous travaillons pour passer de la culture du contrôle à celle de la responsabilité.

La feuille de route fixera des objectifs précis à atteindre à court et moyen terme, et fournira un aperçu de leur mise en œuvre d'ici la fin de 2012.

Ce processus sera notamment conduit grâce un groupe de travail dédié aux initiatives d'efficacité de l'UNESCO établi avec la participation active des associations du personnel. Certaines mesures visant à générer des économies immédiates ont déjà été identifiées et mises en œuvre telles que les moyens de réduire les frais de voyages ; la réduction de 50% des publications ; simplifier les procédures de travail, garantir la stricte application des normes de distribution des espaces de bureau et examiner pour renégociation tous les accords commerciaux contractuels. Ces seules mesures devraient conduire à des économies estimées à 3,6 millions de dollars au cours de la période biennale.

Le Directrice générale a souligné qu’il serait également nécessaire que les plans de travail correspondant au Programme et Budget votés lors de la 36e Conférence générale reflètent la réduction du financement. Afin de tenir compte de la réduction globale de 29%, 75% des postes vacants du programme régulier au siège et hors siège seront maintenus vacants ; toutes les activités prévues dans les premiers mois de l'année 2012 seront revues, et les voyages limités à un strict minimum. On demandera à tous les secteurs et bureaux de mobiliser des ressources extrabudgétaires, y compris pour les réunions statutaires.

Irina Bokova a dit qu'elle approuverait les plans de travail pour les trois premiers mois tout en les suivant étroitement afin de les adapter au fur et à mesure de l’évolution de la situation.

La Directrice générale a dit aux délégations qu'elle rechercherait leur soutien actif pour tous les efforts déjà déployés, lors de la réunion du Conseil exécutif en février et a souligné que «La solidarité doit nous guider dans toute cette période ».

Concluant la réunion, Mme Irina Bokova, a déclaré:
«Ce moment est une occasion de bâtir une Organisation de pointe, avec plus d'impact, de meilleures prestations, en phase avec les ambitions de son mandat et avec les besoins du 21e siècle. Notre objectif doit être de devenir une « UNESCO + ».

Plusieurs délégations ont pris la parole après le discours de la Directrice générale, exprimant leurs remerciements et leur soutien pour ses efforts. Ils ont également soulevé un certain nombre de questions, notamment concernant le recrutement et le ratio budgétaire des dépenses de personnel pour les activités. Certains ont suggéré que les postes vacants soient définitivement fermés, et des postes plus élevés déclassés. D'autres ont proposé la réduction des dépenses des organes directeurs et des réunions statutaires, et la restructuration des secteurs de programme.




<- retour vers Partenaires et donateurs
Retour en haut de la page