Restauration de la Forteresse de Novobërdë/Novo Brdo

©UNESCO.Novo Brdo Castle

Suite aux engagements pris à l’occasion de la première conférence internationale sur « la Sauvegarde du Patrimoine Culturel au Kosovo [1] » en 2005, l’UNESCO accorde une attention particulière à l’ancienne forteresse Novobërdë / Novo Brdo et a conclu un accord  de coopération avec l’Union européenne pour la sauvegarde de ce site du 4ème siècle av. J.-C.

Centre économique et commercial de l’État Serbe médiéval, Novobërdë / Novo Brdo a une valeur historique et archéologique significative. Il s’agissait d’une des villes les plus importantes dans les Balkans centraux au Moyen-Âge. Sa prospérité était fondée sur les mines de plomb, d’argent et d’or qui se trouvaient dans les environs, et dont l’exploitation extensive commença dans les premières décennies du 14ème siècle.

Située sur une colline dans la région au sud-est de Pristina, la ville ainsi que son patrimoine culturel inestimable ont subi d’importants dégâts, notamment lors du conflit armé dans la région. Jadis riche de ses exploitations minières et densément peuplée, Novobërdë / Novo Brdo comprenait une colline fortifiée et une citadelle. Les ruines de la forteresse sont de plus en plus vulnérables à une rapide décrépitude. Pour cette raison, une évaluation approfondie est requise pour déterminer les besoins de préservation et d’exploration archéologique du site.

En outre, l’UNESCO considère que la protection du patrimoine culturel, dans son approche multidisciplinaire, est en mesure de susciter des opportunités pour la réconciliation et renforcer les liens pacifiques au sein de communautés autrefois déchirées. Elle est également le moteur  des changements positifs dans les régions voisines.

L’Union européenne et l’UNESCO ont donc joint leurs forces dans un projet conjoint visant à (i) restaurer le château Novobërdë / Novo Brdo et à (ii) gérer et valoriser le patrimoine culturel de la ville par le biais d’initiatives de développement socio-économique.

Ce projet s’inscrit dans le cadre  du programme de l’Union européenne pour un « Développement Régional Équilibré ». Les résultats escomptés de ce partenariat sont les suivants :

  • la préservation et la revitalisation du patrimoine culturel et des fouilles archéologiques visant à apporter de nouvelles connaissances sur les Balkans au Moyen-Âge ;
  • le développement durable local grâce à la gestion stratégique des actifs du patrimoine culturel et l’amélioration des capacités du tourisme et des conditions socio-économiques ;
  • la sensibilisation du public (au niveau régional et mondial) et la sensibilisation (locale) à la valeur de la préservation du patrimoine culturel.

 

[1] Comme défini par la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies (1244 – 1999)

 

Retour en haut de la page