"Il est urgent d’investir dans la diversité culturelle et le dialogue", selon un nouveau rapport de l’UNESCO

La diversité culturelle : une ressource

La diversité culturelle gagne peu à peu tous les domaines économiques, depuis le marketing et la communication, jusqu’à la finance et la gestion d’entreprises. L’un des signes le plus tangibles de l’évolution économique ! C’est l’une des conclusions du Rapport mondial de l’UNESCO « Investir dans la diversité culturelle et le dialogue Interculturel ». Il a été financé en partie par l’Espagne.

Une source d’échange

La diversité culturelle développe les compétences interculturelles. Elle incarne la recherche d’un antidote contre les manifestations de repli identitaire. Elle ouvre la voie vers de nouvelles formes de gouvernance. Elle représente le levier d’un exercice effectif des droits de l’homme universellement reconnus.

Une opportunité

La diversité culturelle peut réduire les déséquilibres du commerce mondial. D’un côté, les industries des médias et de la culture représentent plus de 7 % du PIB mondial (1 300 milliards US$, deux fois le tourisme international). De l’autre, la part de l’Afrique demeure marginale avec moins de 1 % des exportations mondiales, alors que le continent ne manque ni de ressources, ni de talents.

Comment faire ?

Outil incontournable pour investir dans la diversité culturelle, ce rapport propose dix recommandations concrètes. Il développe une vision nouvelle et dynamique de la diversité culturelle.

Il propose des stratégies pour faciliter le dialogue interculturel, améliorer la pertinence des contenus de l’éducation, lutter contre les stéréotypes des médias, faciliter l’échange de productions artistiques et la circulation des artistes. 

Il suggère la création d’un Observatoire mondial de la diversité culturelle, ou encore, la mise en œuvre de politiques linguistiques nationales pour protéger la diversité linguistique et encourager le multilinguisme. 

Chiffres clés

  • 6 000 à 8 000 langues dans le monde, dont la moitié ne sont parlées par des communautés de moins de 10 000 personnes;
  • Moins de 1% des exportations venues d’Afrique;
  • 75 millions d’enfants non scolarisés en 2009 issus de minorités culturelles, de populations autochtones ou nomades;
  • En 2000, 53% des usagers de l’Internet étaient anglophones, ce chiffre est tombé à 29% en 2009;
  • Les exportations d’équipements culturels et médias des pays en développement sont passées de 51 à 274 milliards US$ entre 1996 et 2005. Ce contre-flux vient contrecarrer l’hyperconcentration;
  • L’artisanat et le tourisme constituent une source importante de revenus pour les pays en développement : plus de 25 % du PIB pour un pays comme le Maroc;
  • Le commerce équitable a une croissance rapide (moyenne de 40% sur les 5 dernières années). 
Retour en haut de la page