Partenariats pour l’inventaire du patrimoine vivant méditerranéen

L’Egypte, le Liban et la Jordanie viennent de franchir une nouvelle étape dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel immatériel. Après plusieurs mois de préparatifs minutieux, les trois pays partenaires du projet « MedLiHer – Patrimoine vivant méditerranéen » viennent en effet de signer des accords de partenariat avec l’UNESCO pour la mise en œuvre de projets nationaux portant sur l’élaboration d’inventaires avec la participation des communautés.

Dans chaque pays, c’est une formation qui donnera le coup d’envoi des projets. Organisés au niveau national tout au long du mois de juillet, les ateliers s’adresseront en premier lieu aux enquêteurs de terrain et aux communautés dont le patrimoine culturel sera inventorié. Ils commenceront par une partie « théorique » durant laquelle sera élaboré collectivement le cadre méthodologique de l’inventaire, suivie d’un exercice de mise en pratique sur le terrain. Une journée de restitution, pendant laquelle les participants tireront les leçons de l’exercice, est ensuite prévue.

Au cours des trois mois suivant la formation, les équipes de recherche partiront à la rencontre des  communautés qui porteront cette entreprise d’inventaire. Au Liban, il s’agira des communautés du Zajal, forme de poésie très répandue dans l’ensemble du pays, tandis que l’Egypte et la Jordanie collaboreront avec les communautés locales des gouvernorats de Damietta et de Madaba. Le travail d’inventaire s’attachera surtout à identifier et impliquer les porteurs (individus, groupes ou communautés) de patrimoine culturel immatériel, en se penchant plus particulièrement sur les modalités de sa transmission et ses fonctions sociales dans le monde d’aujourd’hui.

L’ensemble des données collectées seront systématisées et numérisées, tandis qu’un film et une exposition photographique porteront cette expérience d’inventaire à la connaissance des publics nationaux et internationaux.

Ces exercices d’inventaires ciblés permettront ainsi aux trois pays de développer, à titre pilote,  une méthodologie qui pourra ensuite être appliquée sur une échelle plus large à la sauvegarde d’autres expressions de leur patrimoine vivant.

Les ateliers et activités d’inventaire s’inscrivent dans la Phase III du projet MedLiHer, soutenu par l’Union Européenne et l’UNESCO, qui vise à promouvoir la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au Liban, en Jordanie et en Egypte.

Retour en haut de la page