Banque d’expertise dans le domaine de la gouvernance de la culture

©Filmmakingshutterstockidesygn

Le programme de renforcement de la gouvernance de la culture dans les pays en développement, sous forme d’une banque d’expertise a été lancé en septembre 2010 en partenariat avec l’Union européenne. 30 experts internationaux – dont la moitié de femmes – ont été sélectionnés en février 2011 sur la base de leur vaste expérience dans le domaine des politiques et industries culturelles. Grâce à leurs connaissances techniques, ces experts ont pu apporter leur soutien aux autorités nationales et locales dans les pays en développement. Entre avril et novembre 2011, trois appels à candidature ont été lancés pour des missions d’assistance technique. C’est ainsi que 13 missions ont pu voir le jour dans les pays suivants : Argentine, Barbade, Burkina Faso, Cambodge, Haïti, Honduras, Kenya, Malawi, Maurice, Niger, République Démocratique du Congo, Seychelles et Viet Nam. Suite à une sélection effectuée par les pays bénéficiaires, un ou deux experts sont envoyés sur le terrain pour travailler avec les institutions nationales afin d’établir des cadres juridiques, réglementaires et institutionnels pour le secteur culturel et ainsi permettre un développement durable économique et social.

La toute première des treize missions a été menée en 2011 dans la ville de Buenos Aires pour mettre en place des entreprises innovantes et commercialement viables dans le secteur audiovisuel. Cette mission avait un double objectif : dynamiser le marché domestique en produisant des émissions pour enfants et créer de nouveaux  débouchés pour ce contenu à l’étranger. Andrew Senior (Royaume-Uni), l'un des experts choisis par le gouvernement, a travaillé avec une équipe locale composée de représentants à la fois du secteur privé et public, afin d'identifier les problèmes majeurs à prendre en compte lors du développement de stratégies pour la production d’émissions pour enfants. Cela comprenait des recommandations pour l’élaboration de modèles de gestion d’entreprise basés sur la prestation de services et la création de contenu, ainsi que sur l’évolution des modes de consommation et les possibilités d'expansion sur les marchés internationaux. Deux autres mission ont suivi en 2012 et se sont largement appuyé sur le travail déjà effectué en 2011. Cela a permis de mettre en place une plateforme de dialogue entre les parties concernées pour mieux envisager l’avenir du marché audiovisuel et de la production d’émissions pour enfants.

Retour en haut de la page