Rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous

Chaque année depuis l’an 2002, le Rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous fait état des progrès et partage les bonnes pratiques. Il émet également des recommandations concrètes pour atteindre les objectifs de Dakar.

Ce rapport est financé par plusieurs états et plus particulièrement l’Allemagne, la France, le Japon, les Pays Bas, le Royaume Uni, le Canada, la Norvège, la Suède, le Danemark, l’Irlande et la Suisse.

L’Allemagne, la France, le Japon 75 millions d’enfants et adolescents, 774 millions d’adultes n’ont toujours pas accès à une éducation de bonne qualité. Cette inégalité des chances est un obstacle majeur pour le développement.

Rapport 2011 : La crise cachée : les conflits armés et l’éducation

© UNESCO

Le Rapport mondial de suivi 2011 examine les conséquences désastreuses des conflits sur les objectifs de l’Éducation pour tous.

Les conflits violents constituent l’un des grands obstacles au développement auxquels est confrontée la communauté internationale, en particulier créant des conséquences dévastatrices pour les enfants et les systèmes éducatifs. Au-delà des souffrances humaines qu’ils occasionnent immédiatement, ils sont également synonymes de pauvreté, d’inégalités et de stagnation économique.

« Les enfants et l'éducation ne se trouvent pas seulement sur la ligne de front, ils sont de plus en plus souvent la cible des conflits armés, déclare le Directeur du rapport, Kevin Watkins. L'incapacité des gouvernements à protéger les droits de l'homme provoque de graves dégâts chez les enfants et les privent de leur seule chance d'accéder à l'éducation. Il est temps pour la communauté internationale d'engager la responsabilité des auteurs de crimes abominables tels que le viol systématique et d'appuyer les résolutions des Nations Unies en prenant des mesures fermes. »

Rapport 2010 : Atteindre les marginalisés

© UNESCO

Suite à la crise financière mondiale, des millions d’enfants vivant dans les pays les plus pauvres de la planète risquent d’être privés d'accès à l’éducation, met en garde le Rapport mondial de suivi sur l'Education pour tous 2010. Alors que 72 millions d’enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés, l’effet conjugué du ralentissement de la croissance économique, de l’augmentation de la pauvreté et de la pression accrue sur les budgets pourraient venir entamer les progrès réalisés au cours des dix dernières années. « Alors que les pays riches s’emploient à redresser leur économie, de nombreux pays pauvres risquent de voir se dégrader très prochainement leur situation en matière d'éducation. Nous ne pouvons nous permettre qu’une génération d’enfants soit sacrifiée et privée de ses chances d’accéder à l’éducation et de sortir de la pauvreté », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

 

Rapport 2009 : Vaincre l’inégalité : l’importance de la gouvernance

© UNESCO

Le rapport dénonce l’effet conjugué de l’indifférence politique, de l’inefficacité des politiques nationales et de promesses internationales non tenues. Les disparités inacceptables observées dans l'éducation sapent les efforts de réalisation des objectifs internationaux de développement. "Lorsque les systèmes financiers s'effondrent, les conséquences sont patentes et les gouvernements agissent", le Directeur général ancien de l'UNESCO a constaté, Koïchiro Matsuura, et il a continué: "Lorsque les systèmes éducatifs échouent, les conséquences sont moins visibles, mais tout aussi réelles. L'inégalité des chances en éducation alimente la pauvreté, la faim et la mortalité infantile et réduit les perspectives de croissance économique. C'est pourquoi les gouvernements doivent agir avec un plus grand sentiment d'urgence".

Rapport 2008 : L’éducation pour tous en 2015 : Un objectif accessible ?

© UNESCO

Le nombre d’enfants qui entrent en primaire a nettement augmenté, le taux de scolarisation des filles est plus élevé que jamais, l’aide et les budgets consacrés à l’éducation ont progressé. Cependant, la qualité de l’enseignement reste faible, le coût de la scolarité élevé. Enfin, le niveau d’analphabétisme des adultes ne fléchit pas. "Cette dernière édition du Rapport identifie clairement les grands défis à relever : atteindre les populations les plus vulnérables et les plus défavorisées, améliorer les conditions d’enseignement et accroître l’aide en faveur de l’éducation", a déclaré Koïchiro Matsuura, Directeur général ancien de l’UNESCO.

Retour en haut de la page