L'UNESCO et l'Union européenne renforcent leur approche de réduction des risques de catastrophes

©Pablo Marambio/UNESCO Office Santiago

La coopération entre l’UNESCO et la Direction générale de l'aide humanitaire et de protection civile de l’Union européenne (ECHO) s’est développée relativement récemment depuis que l’UNESCO met en œuvre des projets dans le cadre du programme de préparation aux catastrophes DIPECHO. L’ECHO en collaboration avec le Bureau régional de l’UNESCO pour l'éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes, basé à Santiago du Chili, réalisent avec succès le projet "Mécanismes d’adaptation et d'apprentissage en matière de prévention et de réponse au tsunami dans les communautés vulnérables au Chili, la Colombie, l'Équateur et le Pérou", dans le cadre du 6e Plan d'action de DIPECHO pour l'Amérique du Sud. La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO ainsi que les partenaires locaux, nationaux et régionaux participent à cette initiative.

 

L'objectif principal du projet est de faire connaître les risques de catastrophe et promouvoir l'éducation visant à les réduire et contribuer ainsi à la prévention des risques de tsunamis et séismes. D’autre part, le projet vise à améliorer la coopération régionale et interinstitutionnelle en matière de préparation aux tsunamis. Le projet a trois composantes principales:

  • réduire les risques de tsunami auprès des étudiants, des enseignants, des administrateurs et des parents ;
  • rédiger les plans pour réduire des risques de catastrophes locales, en coopération avec la communauté locale ;
  • soutenir la mise en place des mécanismes de coordination des systèmes d'alerte précoce entre différentes institutions éducatives au niveau régional et les autorités nationales.

Dans le cadre de cette initiative, plusieurs ateliers ont été organisés conjointement par l’ECHO, le Bureau de l'UNESCO à Santiago et d'autres partenaires locaux et régionaux, qui s'adressaient aux enseignants et directeurs d'établissements scolaires dans les zones fortement exposées aux phénomènes sismiques et tsunamis. Les participants avaient l'occasion non seulement de discuter de leurs difficultés mais également de partager leurs expériences, connaissances et enseignements retenus.

En Amérique centrale, le Bureau de l'UNESCO à San José a commencé la mise en œuvre un autre projet en partenariat avec ECHO au Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Panama. La région de l’Amérique centrale est exposée à un grand nombre de catastrophes naturelles : sécheresses, ouragans, inondations, glissements de terrain, séismes, éruptions volcaniques et tsunamis. Par conséquent, l'objectif principal de ce projet est de renforcer le système d’alerte précoce dans une perspective multi-menaces. Les priorités sont les suivantes :

  • identifier, évaluer et surveiller les risques de catastrophe et renforcer les systèmes d'alerte précoce ;
  • utiliser les connaissances, l'innovation et l'éducation pour créer une culture de la sécurité et de la résilience à tous les niveaux et, enfin ;
  • renforcer la préparation aux catastrophes pour une réponse efficace à tous les niveaux.

Suite à ces réussites, de nouveaux projets de DIPECHO sont actuellement en cours de négociation dans des pays particulièrement exposés au risque de catastrophes naturelles en Asie du Sud (Bangladesh, Inde, Népal et Sri Lanka), en Amérique du Sud et en Haïti.

Retour en haut de la page