15.05.2013

Congrès international de Hangzhou : Culture et créativité au cœur du développement

Comment pouvons-nous tirer le meilleur parti de la culture pour la croissance économique, la durabilité environnementale et l'inclusion sociale? Comment pouvons-nous placer la culture, l'innovation et la créativité au cœur des politiques publiques? Du 15 au 17 mai «le Congrès international de Hangzhou», organisé par  l'UNESCO en Chine,  va ouvrir la voie à un débat historique mondial sur l'intégration de la culture dans la conception, la mesure et la pratique du développement durable. Le Congrès cherche à inspirer les gouvernements, la société civile, les entreprises et les collectivités à exploiter la puissance de la culture face aux enjeux de développement les plus urgents de la planète.

Plus des 100 conférenciers invités sont des experts de pointe du  monde de la culture et du développement ainsi que des chefs de gouvernement d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine désireux de partager leurs expériences. La ville hôte de Hangzhou, qui a été un centre culturel important de l'histoire chinoise, est un exemple emblématique des liens entre culture et développement. Cette Ville créative de l’UNESCO pour l'artisanat et les arts populaires est le foyer du Paysage culturel du lac Ouest, un site du patrimoine mondial. Avec ses collines couvertes de brume, ses rives bordées de saules et ses pagodes anciennes, ses paysages idéalisés et classiques ont été conçus dans le but de manifester la fusion parfaite, et l'harmonie entre l'homme et la nature. La culture est à l'avant-garde du développement social et économique en Chine, comme c'est le cas pour un nombre croissant de pays à travers le monde.

© A. k. Makarigakis
Coffee ceremony : placinig the coffee on the traditional coffee pot - Kafa, Ethiopia

À une époque de crise économique, ainsi que de diminutions des dépenses publiques, l'énorme potentiel du secteur culturel à créer des emplois et stimuler la croissance économique suscite une attention particulière. Le patrimoine culturel, les industries culturelles et créatives, le tourisme culturel durable et les infrastructures culturelles génèrent des revenus substantiels, en particulier dans les pays en développement, contrant ainsi la pauvreté et le chômage. Les industries culturelles et créatives représentent un des secteurs d’expansion le plus rapide de l'économie mondiale avec un taux de croissance de 17,6% au Moyen-Orient, 13,9% en Afrique, 11,9% en Amérique du Sud, 9,7% en Asie, 6,9% en Océanie, et 4,3% en Amérique du Nord et centrale, selon une étude réalisée en 2008 par PricewaterhouseCoopers.

« En Inde, la culture et l'industrie du cinéma sont les 2ème plus grand industries stratégiques du pays, après l'acier. Une nouvelle économie créative est en train d'émerger et il faut créer les outils de cette nouvelle économie », a déclaré le Directeur général de l'UNESCO, Irina Bokova.

Le secteur culturel nécessite des investissements limités en capital, mais il a un impact direct sur ​​les communautés, y compris les populations particulièrement vulnérables, les femmes et les groupes marginalisés. En Équateur, par exemple, des études montrent que les activités culturelles nationales et privées ont contribué à hauteur de 4,76% du PIB 2010. La même année, 2,64% de la population active du pays occupait des professions culturelles, dont presque 60% sont des femmes, selon une étude publiée en 2012 par l'UNESCO et le Gouvernement de l'Équateur. Les projets culturels s'avèrent également être une force positive pour l'inclusion sociale. Au Brésil, par exemple, 360 centres pour les arts ont été récemment lancés pour favoriser l'emploi dans les quartiers défavorisés de tout le pays.

© City of Incheon
Incheon ceramic

© City of Santa Fe
Crafts and Folk Art, Santa Fe

Il semble surprenant que dans le passé, "la culture était considérée comme un obstacle au développement, comme quelque chose qu’il fallait dépasser, comme une tradition héritée du passé, au mieux comme un loisir secondaire dans les pays développés», a expliqué la Directrice générale de l’UNESCO. Aujourd’hui, cependant, il y a une compréhension croissante du fait que la culture est indispensable pour jeter les bases d'un développement et d’une paix durable, à travers son rôle dans la croissance économique, dans le développement humain, comme un trésor de connaissances sur l'environnement, et comme une force symbolique pour apporter de la stabilité du sens pour les communautés partout.

Un développement efficace intègre les pratiques culturelles dans le modèle économique et soutient la participation des communautés concernées. Il reflète les besoins, les aspirations, les priorités et les cultures de ses participants. Par exemple, les politiques agricoles conduisent à de meilleures récoltes lorsqu’elles incluent les perceptions des terres et des semences locales. Le contexte culturel, la médecine locale et les formes traditionnelles de solidarité sont envisagées aujourd'hui comme des conditions préalables à la viabilité des campagnes de santé et de vaccination. La diversité culturelle est de plus en plus prise à partie pour soutenir le pluralisme des médias et la promotion du multilinguisme. Grâce à la promotion et à la valorisation des ressources culturelles, des programmes de développement réussis, lancés par les organismes des Nations Unies, ne laissent aucun doute sur la contribution de la culture à assurer une plus grande inclusion sociale et à réaliser des progrès significatifs vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Ces chiffres suggèrent-ils que le monde devrait « repenser le PIB, atteindre le bien-être et favoriser le développement humain », pour reprendre le titre d'un des débats du Congrès. Pendant plus de trois jours, les participants exploreront une série de questions passionnantes, en sessions thématiques consacrées à l'impact de la culture sur la croissance économique, la durabilité de l’environnement et l'inclusion sociale, aux synergies entre la culture, la créativité et l'urbanisme durable et aux partenariats public-privé qui pourraient aider à stimuler le secteur de la culture. La conviction que le développement durable ne peut être construit uniquement à travers des accords économiques et politiques sous-tend ces débats. La culture rend le développement plus durable. Le rôle de l'UNESCO est d'aider le monde à en tirer le meilleur parti pour le bien de tous - rien de moins. Sans culture, il n'y a pas de participation de la population, et sans cela, il n'y a pas de développement durable. L'avenir dépend de la culture et le Congrès international de Hangzhou montrera la voie à suivre.

Retour en haut de la page