07.06.2013 - SERVICES WEB

Une mission d’experts menée par l’UNESCO au Mali afin d’évaluer les dommages causés à son patrimoine culturel

© CRAterre
Timbuktu

« Tout comme l’UNESCO a sauvé les temples d’Egypte et reconstruit le pont de Mostar, l’UNESCO va reconstruire les mausolées du Mali, » a déclaré Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO le 5 juin lors de la cérémonie de remise du Prix UNESCO-Félix Houphouet-Boigny pour la recherche de la paix au Président français François Hollande.


Les premières mesures concrètes en vue de réaliser ce projet ont été prises cette semaine lors d’une mission d’experts menée par l’UNESCO à Tombouctou afin d’évaluer les dommages infligés par les forces rebelles, qui ont occupé la région jusqu’au début de l’année, au patrimoine culturel de la ville.

« La destruction du patrimoine culturel perpétrée par des attaques systématiques est profondément déplorable. Quinze mausolées de Tombouctou furent détruits dont neuf inscrits au patrimoine mondial. Nous estimons qu’environ 4200 manuscrits de l’institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba ont été brulés et que 300 000 autres issus de la région de Tombouctou sont exposés au trafic illicite, » a déclaré Lazare Eloundou-Assomo du Centre UNESCO du patrimoine mondial,qui a dirigé la mission.

Plusieurs experts internationaux ont participé à la mission aux côtés de spécialistes maliens. L’équipe malienne a lancé le 28 mai des enquêtes préliminaires dans la ville puis fut rejointe le 6 juin par des membres de l’équipe internationale.

L’objectif de la mission était de recueillir autant d’informations que possible sur l’état du patrimoine, ce qu’il faudrait pour le restaurer, le reconstruire et le protéger, et comment cela devrait être organisé. Les résultats seront utilisés pour mettre au point le Plan d’action pour le Mali, élaboré lors d’une réunion de haut niveau organisée au siège de l’UNESCO à Paris le 18 février dernier.

L’équipe a rencontré à Tombouctou les dirigeants locaux et les chefs religieux, les autorités administratives et militaires et les personnes responsables de la préservation du patrimoine culturel. Ils ont visité tous les sites endommagés ou complètement détruits et ont examiné les conditions dans lesquelles les manuscrits anciens de la ville sont conservés. Selon leur évaluation, ils proposeront des moyens pour augmenter la capacité locale à gérer et à conserver ce trésor.

Préoccupée par la vulnérabilité accrue de ce patrimoine au vol et au trafic illicite, l’équipe a également revu les mesures de sécurité sur place dans les musées et a essayé de trouver un moyen pour les renforcer.

Le patrimoine vivant a particulièrement attiré l’attention. L’équipe d’experts a rencontré les dirigeants locaux afin d’évaluer l’impact de la crise militaire sur leur patrimoine culturel immatériel, sur les pratiques culturelles et religieuses qui définissent les gens de la région puis élaborer une stratégie pour leur renaissance et leur protection.

L’équipe entière se réunit aujourd’hui à Bamako pour discuter des résultats de l’enquête qui seront présentés lors d’une conférence de presse à 16h (heure locale) dans la capitale.

Plus d’informations sur la réponse de l’UNESCO à la situation au Mali

Retour en haut de la page