La Division

SCUTUM

Localisée au sein du Cabinet de la Directrice générale, au siège de l’UNESCO à Paris, France, la Division pour l’égalité des genres assure la promotion de l’égalité entre les sexes, dans sa programmation et au sein du Secrétariat. Ce travail est soutenu par une double approche associant à la fois des programmes visant un genre et une généralisation de l’analyse selon le genre (« gender mainstreaming ») dans les cinq grands programmes de l'UNESCO (l'éducation, les sciences naturelles, les sciences sociales et humaines, la communication et la culture), et est guidé par le Plan d’action pour la Priorité égalité entre les sexes pour 2008 – 2013. La Division a la responsabilité de fournir une orientation sensible au genre aux plateformes intersectorielles et aux thématiques spécifiques de l’Organisation, telles que la lutte contre le VIH et SIDA et le changement climatique.

Historique

Depuis sa création il y a plus de 60 ans, l’UNESCO est à l’avant-garde des efforts visant à soutenir les droits des femmes et à promouvoir l’autonomisation des femmes, et l’égalité entre les sexes. Si la promotion de ces objectifs est restée une constante pour l’UNESCO, son approche a évolué au cours des dernières décennies.  

Dans les années 1980, dans la lignée de la Conférence et du Programme d’action de Beijing, l’UNESCO est passée de l’approche « Femmes et Développement » à l’approche « Genre et Développement » qui cherche à introduire une perspective de genre dans toutes les actions de développement et qui tend à s’assurer que ces actions se concentrent davantage sur les relations de pouvoir entre les femmes et les hommes et sur les inégalités d’opportunités et d’accès. Les années 1990 ont accru l’attention portée aux dimensions genre des droits de l’Homme. Alors que l’UNESCO et la communauté internationale avaient auparavant traité les « besoins et intérêts des femmes » comme une problématique transversale, la Conférence de Vienne sur les Droits de l’Homme de 1993 établit clairement que « les droits des femmes sont des droits humains » et, par là même, transforme les perspectives sur cette question. Bien que, déjà à cette époque, l’UNESCO fût entièrement engagée dans la promotion de l’égalité entre les sexes, cette question était perçue comme une problématique transversale parmi tant d’autres. [et non comme un objectif prioritaire de développement et une condition préalable à la réalisation des droits humains, et d’une paix et d’un développement durables.]  

Enfin, suite à la 34ème session de la Conférence générale en 2007, l’UNESCO a pris un engagement des plus essentiels à la réalisation de l’égalité entre les sexes : l’UNESCO a ainsi fait de l’égalité entre les sexes l’une des deux priorités globales de l’Organisation dans sa Stratégie à moyen terme pour 2008-2013.

Retour en haut de la page