09.05.2017 - ODG

Au quatrième Forum mondial sur le dialogue interculturel, l’UNESCO lance un appel mondial pour l'éducation des filles

UNESCO

Dans le cadre du quatrième Forum mondial sur le dialogue interculturel, l'UNESCO, en collaboration avec le gouvernement azerbaïdjanais, a organisé une réunion de haut niveau sur l'importance de l'éducation des filles pour des sociétés pacifiques et durables. Investir dans l'éducation des filles est un objectif humanitaire urgent et important et une priorité pour la communauté mondiale. Selon le rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO de 2016 sur l’égalité des genres, «les conflits renforcent les inégalités entre les sexes. Les filles sont près de 2,5 fois plus susceptibles de ne pas être scolarisées si elles vivent dans des pays touchés par des conflits. Les filles réfugiées ont moins tendance à terminer leurs études primaires ainsi qu’à poursuivre et terminer leurs études secondaires ».

L’éducation des filles et des femmes est un très puissant moteur de changement. La recherche a montré que l'autonomisation des filles se traduit par un meilleur avenir pour les sociétés dans leur ensemble: l'éducation des filles et des femmes conduit à une meilleure santé reproductive, à une amélioration de la santé familiale, à la croissance économique pour la famille et  la société, ainsi qu'à des taux inférieurs de mortalité infantile, malnutrition et mariage d’enfants. En ce sens, l'éducation des filles peut donc constituer un outil puissant pour nourrir un sentiment d'identité et d'appartenance positif et leur fournir les connaissances, les valeurs, les attitudes et les comportements qui favorisent la citoyenneté mondiale responsable, la pensée critique et l'empathie ; cela peut également leur fournir les outils nécessaires pour lutter contre et prévenir l'extrémisme violent.

La réunion, présidée conjointement par Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO, et Mikayil Jabbarov, Ministre de l'éducation de la République d'Azerbaïdjan, a été marquée par les interventions de la Première dame d'Éthiopie, Mme Roman Tesfaye Abneh, la Première dame du Mali, Mme Keïta Aminata Maiga, la Première dame du Rwanda, Mme Jeanette Kagame ainsi que par la Présidente du Comité d'Etat pour les Affaires familiales, féminines et infantiles de la République d'Azerbaïdjan, Mme Hijran Huseynova. Modéré par Mme S. Gülser Corat, Directrice pour l'égalité des genres à l'UNESCO, la réunion de haut niveau s’est conclue par le lancement de l’Appel humanitaire mondial pour investir dans l’éducation des filles.

Tous les intervenants ont souligné l'importance de l'éducation des filles comme moyen de lutte contre l'extrémisme violent et ont appelé à des investissements accrus dans l’éducation de qualité pour tous. Citant Malala Yousafzai, la Directrice générale a noté que les extrémistes ont peur des livres et des stylos, et sont effrayés du pouvoir de l'éducation, ils ont également peur des femmes et du pouvoir de leur voix. Elle a souligné que: «L'éducation est le moyen de désarmer ces processus qui peuvent conduire à l’extrémisme violent en déconstruisant les préjugés ainsi qu’en luttant contre l'ignorance et l'indifférence».

En marge de cette réunion de haut niveau, la Directrice générale s’est entretenue avec Mme Jeanette Kagame, la Première dame du Rwanda, au cours duquel elles ont réaffirmé leur engagement en faveur de l'égalité des genres et ont discuté des possibilités de collaboration.

 




<- retour vers Single FR
Retour en haut de la page
t3test.com