23.11.2006 -

Violences liées au genre en milieu scolaire dans le contexte de l'éducation pour tous: rôle et responsabilité des acteurs

Table-ronde organisée dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Avec la participation de: En présence de: Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, Michel Doucin, Ambassadeur pour les droits de l'Homme au ministère français des Affaires étrangères, Paulo Sérgio Pinheiro, Expert indépendant chargé de l’étude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants.

Table ronde, organisée par la Division de l’éducation de base du Secteur de l’éducation et la Section pour les femmes et l’égalité des genres du Bureau de la planification stratégique de l’UNESCO, la Commission nationale française pour l’UNESCO et le ministère français des Affaires étrangères.

Contexte

Plus de 100 millions d’enfants dans le monde ne sont pas scolarisés dans le primaire, dont 55 % de filles . Au-delà du problème de parité et donc d’accès à l’école, les filles et les femmes sont confrontées à de nombreuses inégalités, non seulement au sein des écoles, mais dans la société dans son ensemble.

L’éducation des filles, conditionnée par le triptyque accès/rétention/réussite, se heurte à de multiples obstacles d’ordre familial, culturel, social, scolaire, légal ou encore politique. Parmi ces obstacles, le phénomène des violences liées au genre en milieu scolaire, aux conséquences éducatives et psychologiques dramatiques, semble se développer sous couvert du tabou qui l’entoure.

En effet, comme le note l’étude approfondie de toutes les formes de violence à l’égard des femmes du Secrétaire général des Nations Unies , malgré une mobilisation accrue des acteurs publics, ce type de violences persiste dans tous les pays et représente une violation généralisée des droits de l’homme et un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité des sexes. Cette étude souligne notamment le problème du harcèlement sexuel et de la violence à l’égard des filles et des jeunes femmes qui persiste au sein des sociétés et des établissements éducatifs. Cette question de la violence en milieu scolaire a été abordée également dans le rapport de Paulo Sérgio Pinheiro, expert indépendant chargé de l’étude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants . Ce rapport souligne notamment le phénomène des violences liées au genre telles que la violence sexuelle, et formule des recommandations pour les combattre, notamment envers les Etats. Le rapport note que ces derniers doivent promouvoir et protéger les droits humains des femmes et des filles et s’attaquer à toutes les formes de discrimination fondées sur le sexe dans leur stratégie globale de prévention de la violence.

L’ampleur du phénomène décrit dans ces deux rapports met en péril la capacité de la communauté internationale à honorer ses engagements pris à travers les Objectifs de l’Education pour tous et les Objectifs du Millénaire pour le développement qui visent à assurer, entre autres, l’éducation primaire pour tous et à l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

C’est ainsi que depuis 2005, le ministère français des Affaires étrangères a initié une réflexion sur cette question des violences liées au genre en milieu scolaire dans les pays en développement où le problème est particulièrement alarmant, et a publié une étude sur ce thème. Cette étude, partagée avec l’UNESCO et d’autres acteurs de la coopération internationale, a été l’occasion d’échanger des expériences sur cette question et plus globalement sur la question de l’égalité des sexes dans le domaine de l’éducation.

Dans ce contexte et à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, une table ronde sur les violences liées au genre en milieu scolaire dans le contexte de l’Education pour tous (EPT) sera organisée à l’UNESCO le 23 novembre 2006. Elle se concentrera plus particulièrement sur le rôle et la responsabilité des différents acteurs. En effet, les violences liées au genre en milieu scolaire reflètent les violences qui existent plus largement dans les sociétés et relèvent d’une responsabilité sociale collective. L’analyse du problème des violences liées au genre en milieu scolaire conduit à considérer l’ensemble des acteurs (autorités nationales et locales, société civile et ONG, équipes éducatives, parents d’élèves et élèves) à tous les niveaux : états des lieux de ces violences, interventions passées et présentes contre ces violences et perspectives d’actions pour l’avenir.




<- retour vers Single FR
Retour en haut de la page