Communication et information

Listening to the radio, Mozambique

Les médias et les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent être un puissant moyen de promouvoir l’autonomisation politique, sociale et économique des femmes. En conséquence, il importe de définir dans les TIC une dimension « égalité entre les sexes » (en termes d’accès, de production et d’utilisation) afin de mettre au point des stratégies de nature à répondre aux besoins de renforcement des capacités dans ce domaine, l’objectif étant d’améliorer les possibilités pour les femmes d’accéder à un emploi et à l’autonomie, y compris à la participation à la vie publique.

La Déclaration et le Programme d’action de Beijing, adoptés lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes de l’ONU (1995), ont clairement reconnu que les médias pouvaient apporter une plus grande contribution à la promotion de la femme. Dans la Déclaration, il était demandé aux gouvernements et aux organisations internationales de prendre des mesures pour s’attaquer aux stéréotypes qui visaient les femmes et à l’inégalité dont elles étaient victimes dans l’accès et la participation à tous les systèmes de communication, en particulier aux médias. L’UNESCO continuera donc de mettre l’accent sur la nécessité de prendre en compte la problématique de l’égalité entre les sexes dans le contenu des médias et de préconiser l’égalité des possibilités d’accès aux postes de décision dans les médias.

L’intégration de la dimension sensible au genre dans les médias est encouragée par des mesures visant à :

  1. promouvoir des méthodes de reportage prenant en compte la problématique de l’égalité entre les sexes à tous les niveaux de la formation professionnelle aux médias et au journalisme ;
  2. élaborer les moyens dont doivent absolument disposer les jeunes pour évaluer et produire des contenus médiatiques tenant compte de la problématique de l’égalité entre les sexes, en particulier dans le cadre de l’initiation aux médias et à l’information ;
  3. assurer l’égalité entre les sexes dans toutes les activités de formation appuyées par l’UNESCO ; et
  4. soutenir les initiatives ayant pour objet de créer des médias gérés par des femmes et des hommes.
Retour en haut de la page