Enseignement supérieur

© UNESCO

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont de plus en plus utilisées et adoptées de façon variable par les établissements d’enseignement supérieur à travers le monde. Les TIC apparaissent autant comme une prestation présentielle sur le campus que comme un enseignement ouvert et à distance. Les actions de l’UNESCO se concentrent sur l’aide aux états membres afin de développer des politiques durables dans le domaine des TIC dans l’enseignement supérieur.

Les TIC dans l’enseignement supérieur sont utilisés pour : développer les matériels de cours ;la distribution des contenus ; partage des contenus ; la communication entre les étudiants, les enseignants et le monde extérieur ;création et la diffusion de présentations et de conférences ; la recherche académique ; le soutien administratif ; l’inscription des étudiants.

Les établissements d’enseignement supérieur des pays en développement profitent au mieux des logiciels et du matériel informatique à leur disposition malgré les défis posés par des infrastructures de télécommunication insuffisantes, un manque de formation des enseignants, un déficit de spécialistes avec une expérience en technologie de l’information pour aider au développement des TIC, à la maintenance, et à l’aide technique dans les établissement d’enseignement supérieur.

Les plans d’action et les investissements positifs en matière de TIC sont clairement bénéfiques pour les institutions d’enseignement supérieur (IES) même si les TIC n'ont pas remplacé les modes d’apprentissage ou d’enseignement classiques tels que les salles de classe. Assurément, les TIC peuvent fournir un plus grand accès pour les différents étudiants cible, et sont devenus des moyens incontournables pour des expériences pédagogiques enrichies, en particulier pour les éducateurs à distance et les étudiants séparés par le temps et l’espace.

La mise en place coordonnée des nouveaux plans d’action remaniés exigera probablement la participation des ministères extérieurs (tels que les télécommunications, le commerce, santé), des organismes nationaux, privés et des agences non gouvernementales (pour l'accréditation et la reconnaissance lorsque cela est nécessaire).

Retour en haut de la page