Qui sommes-nous?

Séisme dans la province du Dhamar, Yémen.

© UNESCO/Rouhban
Séisme dans la province du Dhamar, Yémen.

Fondée en 1945, l’UNESCO est une organisation dédiée au renforcement des capacités et au développement humain, qui contribue aux secours et à la reconstruction dans les situations de post-conflit et post-catastrophe dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et de la communication, en étroite collaboration avec d’autres partenaires dans le cadre de la réponse d’ensemble du système des Nations Unies.

La Stratégie à moyen terme définit la stratégie de l’UNESCO pour les situations de post-conflit et post-catastrophe. L’un des quatorze objectifs stratégiques de programme concerne spécifiquement le soutien apporté par l’UNESCO aux pays en proie à des situations de post-conflit et post-catastrophe. L’objectif stratégique de programme numéro 14 de l’UNESCO, intitulé « Soutenir les pays en situation de post-conflit et de catastrophe dans les domaines de compétence de l’UNESCO » définit le mandat et la valeur ajoutée de l’UNESCO.

L’assistance technique et les services de conseil apportés par l’UNESCO fournissent non seulement un soutien d’urgence à l’évaluation des dommages et à l’atténuation des pertes, mais appuient en outre les autorités nationales, les partenaires internationaux ainsi que les organisations, qu’elles soient professionnelles ou de la société civile, dans la reconstruction durable à plus long terme (« reconstruire, en mieux »), la prévention des catastrophes naturelles, les systèmes d’alerte précoce ou encore les instances de construction de la paix. L’UNESCO met l’accent sur les aspects humains et institutionnels des secours, du relèvement et de la reconstruction, en s’attachant particulièrement à l’éducation à tous les niveaux, la liberté de la presse et des médias et à l’atténuation des menaces portées à la culture et au Patrimoine mondial.

Les sollicitations de plus en plus marquées dont l’UNESCO fait l’objet de la part de ses Etats membres pour répondre aux situations de post-conflit et de post-catastrophe se sont traduites, selon la dernière évaluation externe, par l’allocation aux activités post-conflit et post-catastrophe menées dans 25 pays d’un soutien extrabudgétaire en cours de 185 millions de dollars.

Le travail de l’UNESCO, qui s’inscrit dans les mécanismes de coordination communs à l’ensemble du système des Nations Unies, s’articule autour de cinq axes d’action :

  • L’Education en situation d’urgence et de reconstruction
  • Réduction des risques de catastrophes naturelles
  • La Culture et le Patrimoine mondial en situation d’urgence
  • Médias en situation de conflit et post-conflit
  • Dynamique des rapports de genre dans les conflits, consolidation de la paix et reconstruction
Retour en haut de la page