La participation de l’UNESCO aux mécanismes de coordination post-crise des Nations Unies

Les conflits et les catastrophes naturelles demeurent des obstacles majeurs à la réalisation de l’Education pour Tous (EPT) et des Objectifs du millénaire pour le développement. Les réformes de la réponse du système des Nations Unies aux situations de post-conflit et post-catastrophe (PCPD) se sont attachées à remédier de manière cohérente aux lacunes constatées dans la transition entre la réponse humanitaire d’un côté et la reconstruction et l’ « édification de la paix » de l’autre. Ceci implique une mobilisation plus large du système des Nations Unies durant la phase de « relèvement précoce », qui correspond à une assistance allant au-delà des opérations de secours visant à sauver des vies, particulièrement en matière de réactivation des services publics par le biais d’un renforcement des capacités, de conseils et d’une assistance techniques. Cette importance plus marquée accordée par les Nations Unies au Relèvement précoce et à la Consolidation de la paix est en accord avec les mandats et les compétences avérées de l’UNESCO. C’est à ce stade que l’UNESCO a une valeur ajoutée à apporter.

Suite à l’Examen indépendant des réponses humanitaires diligenté par le Coordonateur des secours d’urgence des Nations Unies en 2005, l’instauration de l’approche de responsabilité sectorielle (« approche cluster ») a été recommandée pour remédier aux lacunes constatées et renforcer l’efficacité des réponses humanitaires au travers de la mise en place de partenariats. Des clusters ont été mis en place pour onze priorités opérationnelles et de secteur. L’UNESCO est membre du Cluster Education et du Cluster Relèvement précoce du Comité directeur inter-agences ainsi que de leurs deux Groupes de travail à l’échelle mondiale. Au niveau national, l’UNESCO est également membre des clusters pertinents dans les pays où l’Organisation prend part aux réponses post-conflit et post-catastrophe.

L’UNESCO est également membre du Sous-groupe de travail sur la Procédure d’appel global (CAP SWG), lequel est un Organe subsidiaire du Comité directeur inter-agences (IASC). L’IASC est un forum inter-agences pour la coordination, le développement des politiques et la prise de décision impliquant les partenaires humanitaires clés, qu’ils relèvent ou non des Nations Unies. L’IASC a été créé en juin 1992 à la suite de l’adoption de la résolution 46/182 de l’Assemblée générale des Nations Unies relative au renforcement de l’assistance humanitaire. Son rôle de mécanisme principal de la coordination inter-agences de l’assistance humanitaire fut affirmé par l’Assemblée générale dans sa résolution 48/57.

Retour en haut de la page