Message de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO

Ms Irina Bokova, Director-General of UNESCO

UNESCO/Michel Ravassard

Je salue vivement l’initiative de tenir cette Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance – Construire la richesse des nations. Première réunion mondiale ayant pour thème la cause des enfants de moins de sept ans, elle est incontestablement appelée à faire date.

Le choix de Moscou comme lieu où tenir la conférence est particulièrement approprié, car elle est la capitale d’un pays qui joue depuis longtemps un rôle de précurseur dans la définition de pédagogies conçues spécialement pour les jeunes enfants et les jeunes apprenants.

L’extrême importance des premières années de l’enfant est consacrée dans le premier des six objectifs de l’Éducation pour tous adoptés par 164 pays à Dakar en 2000 :

« Développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables et défavorisés. »

Les programmes d’éducation et de protection de la petite enfance constituent un moyen important de garantir les droits des jeunes enfants. Nous savons désormais combien les premières années s’avèrent décisives pour améliorer le bien-être des enfants et les préparer à l’enseignement primaire, et pour leur permettre de faire des études dans de bonnes conditions et de mener ensuite une vie saine et productive. Donner de bonnes bases aux enfants, c’est aussi établir des fondements solides sur lesquels édifier des sociétés plus équitables où tous auront une chance de prospérer.

Les enfants sont notre ressource la plus précieuse. Saisissons l’occasion que nous offre cette conférence pour réaffirmer et intensifier notre engagement en faveur d’un départ dans la vie qui soit sain et heureux pour tous les enfants. En investissant dans les premières années, c’est nous tous que nous enrichirons.

C’est maintenant qu’il nous appartient de construire cette « richesse des nations », particulièrement précieuse et durable.

Irina Bokova

 

Retour en haut de la page