UNESCO Natural Sciences Portal
UNESCO.ORG Éducation Sciences naturellesSciences SocialesCultureCommunication et informationPlan du site
UNESCO Portal
REPENSER L'AVENIR DES TERRES ARIDES
REPENSER L'AVENIR DES TERRES ARIDES

Anglais - Español

Accueil UNESCO > Sciences exactes et naturelles
Recherche
THÈMES
  > Eau douce
  > Gens, biodiversité
et écologie
  > Océans
  > Sciences de la terre
  > Sciences fondamentales
  > Sciences de l'ingénieur
  > Petites îles
  > Politique scientifique
et développement durable
  > Prévention des
catastrophes naturelles
  > Sources d'énergie
renouvelables
THÈMES SPÉCIAUX
  > Femmes et sciences
  > Jeunesse et science
  > Savoirs locaux et
autochtones
  > Télédétection
DANS LE MONDE
 
COMMUNAUTÉS

Communautés scientifiques
de l'UNESCO
PLANÈTE SCIENCE

ÉDITORIAL

Planète science
Télécharger la version en PDF

Contact for subscription:
S. Schneegans
, Rédactrice en chef

 

SOMMAIRE

PLEINS FEUX SUR
p 2 - La physique sans larmes

ACTUALITÉS
p 8 - Le Nigéria réforme sa politique scientifique
p 8 - Une Décennie pour sensibiliser
p 10 - Lancement d'un Système de coopération pour l’eau
p 10 - Dix-neuf nouvelles réserves de biosphère
p 11 - IPSO déterminée à « remettre la paix sur les rails »
p 12 - Le demi-siècle du CERN
p 13 - Le Prix scientifique de Trieste célèbre le Sud
p 13 - Une deuxième chaire UNESCO– Cousteau aux États-Unis

INTERVIEW
p 14 - Herwig Schopper sur ce qu’Einstein nous a légué

HORIZONS
p 17 - Le monde du silence revisité
p 20 - Nos plus proches parents menacés d’extinction

EN BREF
p 24 - Calendrier
p 24 - Vient de paraître
p 24 - Organes directeurs

Pourquoi la physique ? Pourquoi maintenant ?

Il y a cent ans, un jeune employé du Bureau des brevets de Berne, en Suisse, a publié une série d’articles scientifiques exprimant des idées totalement révolutionnaires sur des questions aussi fondamentales que l’existence des atomes, la nature de la lumière, les concepts de temps et d’espace, d’énergie et de matière. C’était la porte ouverte sur un monde absolument nouveau, composé de l’infiniment petit (les particules), l’infiniment grand (le cosmos) et l’infiniment complexe (les différents états de la matière). Cet homme se nommait Albert Einstein, et ses théories allaient jeter les bases du transistor, de l’ordinateur, du laser, de la télévision, de l’imagerie médicale par résonance magnétique et des voyages interplanétaires.

L’Ambassadeur Moleko du Lesotho a évoqué cette Année miraculeuse, comme on la nomme, en présentant aux Nations unies, il y a six mois, une résolution en faveur d’une Année internationale de la physique en 2005. L’Année internationale de la physique commémore le génie d’Albert Einstein, mais elle est tournée vers l’avenir autant que vers le passé. Car notre besoin des sciences physiques est encore plus pressant aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été. Comment pourrions-nous sans elles résoudre les problèmes majeurs du 21ème siècle en matière de production d’énergie, de protection de l’environnement et de santé publique ? Mais il nous faudra commencer par convaincre les politiciens incrédules que les technologies dont ils auront besoin demain sont la recherche fondamentale d’aujourd’hui.

Plus de 60 pays à travers le monde préparent des manifestations spéciales pour fêter l’Année, dont l’UNESCO est l’agence chef de file et l’une des coordinatrices au sein du comité international d’organisation dirigé par la Société européenne de physique.

L’Année est inaugurée par une conférence sur la Physique de demain, qui se tiendra du 13 au 15 janvier au siège de l’UNESCO. Ouverte au grand public, elle aura pour thèmes : le rôle de la physique dans la société et son impact sur la vie quotidienne, l’influence d’Einstein sur la science des 20ème et 21ème siècles, l’enseignement de la physique et ses rapports avec les autres disciplines.

Face à la désaffection, inquiétante et en certains cas grandissante, des jeunes pour la physique, le présent numéro traite de la nouvelle direction prise par une pédagogie qui privilégie, apparemment avec succès, les méthodes actives.

Une conférence mondiale sur la Physique et le développement durable viendra couronner les activités de l’Année, à Durban, du 31 octobre au 2 novembre. Parmi ses principaux parrains se trouvent l’UNESCO et son Centre international Abdus Salam de physique théorique, l’Institut sud-africain de physique et l’Union internationale de physique pure et appliquée. Quelque 500 physiciens et décideurs du monde entier y débattront des rapports entre la physique, le développement économique, la santé, l’énergie, l’environnement et l’éducation. Cette conférence pourrait élaborer pour l’enseignement de la physique un agenda que la communauté internationale des physiciens puisse mettre en œuvre conjointement. W. Erdelen Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles



W. Erdelen
Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles

 

 

 

 

PLANÈTE SCIENCE

Abonnement
version papier
, gratuit
pour les bibliothèques


Abonnement
électronique
gratuit
Si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner merci d'utiliser ce formulaire :



NUMERO ACTUEL
Pour consulter un ancien numéro, choisir l'année:


Natural Science Sector

UNESCO' Natural Sciences Sector
Our Mission

© UNESCO 1995-2005
Responsabilités et droits d'auteurs
Lire notre Politique relative à la protection des données personnelles

Mise à jour : 13/08/2007