UNESCO Natural Sciences Portal
UNESCO.ORG Éducation Sciences naturellesSciences SocialesCultureCommunication et informationPlan du site
UNESCO Portal
REPENSER L'AVENIR DES TERRES ARIDES
REPENSER L'AVENIR DES TERRES ARIDES

Anglais - Español

Accueil UNESCO > Sciences exactes et naturelles
Recherche
THÈMES
  > Eau douce
  > Gens, biodiversité
et écologie
  > Océans
  > Sciences de la terre
  > Sciences fondamentales
  > Sciences de l'ingénieur
  > Petites îles
  > Politique scientifique
et développement durable
  > Prévention des
catastrophes naturelles
  > Sources d'énergie
renouvelables
THÈMES SPÉCIAUX
  > Femmes et sciences
  > Jeunesse et science
  > Savoirs locaux et
autochtones
  > Télédétection
DANS LE MONDE
 
COMMUNAUTÉS

Communautés scientifiques
de l'UNESCO
PLANÈTE SCIENCE

ÉDITORIAL

Planète Science
Télécharger la version en PDF

Contact for subscription:
S. Schneegans
, Rédactrice en chef

 

SOMMAIRE

PLEINS FEUX SUR
p 2 - Quand apprendre les sciences devient un jeu d'enfant

ACTUALITÉS
p 8 - L'altération des écosystèmes menacent le développement
p 9 - Tsunamis : nouvelle phase pour un Système d'alerte rapide
p 10 - Un bureau pour l'IODE
p 11 - Brunei rejoint l'UNESCO
p 11 - L'académie des sciences chinoise va surveiller le Patrimoine mondial
p 12 - Le Grid traque la fuite des cerveaux dans les Balkans

INTERVIEW
p 11 - Howard Moore : Pour que l'aire européenne de la recherche devienne réellement paneuropéenne

HORIZONS
p 16 - Les bienfaits de la nature en Afrique australe
p 20 - Le trésor enfoui des Amériques

EN BREF
p 16 - Calendrier
p 16 - Vient de paraître

Levons l'obstacle

Si nous manquons le train qui doit mener à la viabilité de l’environnement avant 2015, nous pourrons dire adieu non seulement à cet Objectif du millénaire mais aussi à beaucoup d’autres, à en croire une étude publiée le 30 mars. « Aucun progrès pour réduire la pauvreté extrême et la famine, améliorer la santé et protéger l’environnement n’a de chance de perdurer tant que continueront à se dégrader la plupart des services que l’homme attend de l’environnement pour sa survie » déclare l’étude, qui voit dans la dégradation persistante des services rendus par les écosystèmes des « barrages sur la route » des Objectifs de
développement du millénaire, tels que définis aux Nations unies en 2000 par des sommités mondiales. L’étude estime en effet que 60 % des services assurés par les écosystèmes qui rendent possible la vie sur terre sont dégradés ou utilisés de manière non durable.

Fruit d’une évaluation menée à l’échelle mondiale pendant quatre ans par une équipe d’agences des Nations unies – parmi lesquelles l’UNESCO –, d’organisations scientifiques et d’agences de développement, le Rapport de synthèse sur l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire affirme que les experts détiennent désormais suffisamment de preuves pour nous avertir que le rythme actuel de dégradation de 15 des 24 services d’écosystèmes analysés – comme l’eau douce, les pêcheries, la régulation de l’air et de l’eau ou celle du climat régional, les catastrophes naturelles et les animaux nuisibles – accroît la probabilité de changements brutaux susceptibles d’avoir des effets désastreux sur la qualité de la vie humaine. Il s’agit par exemple de l’émergence de maladies nouvelles, de l’altération soudaine de la qualité de l’eau, d’apparition de « zones mortes » le long des côtes, de l’effondrement du rendement des pêcheries et de sautes brusques dans le climat régional.

L’étude confirme ce que nous sommes nombreux à soupçonner de longue date: ce sont les plus pauvres du monde qui subiront de plein fouet les effets des changements des écosystèmes. Les régions exposées à une sérieuse dégradation de l’environnement – Afrique subsaharienne, Asie centrale, certaines parties de l’Amérique latine, de l’Asie du Sud et du Sud-Est – sont également celles qui ont le plus de mal à réaliser les Objectifs du millénaire. En Afrique subsaharienne, par exemple, on prévoit que le nombre de pauvres passera des 315 millions de 1999 à 404 d’ici 2015. L’Afrique australe a peu de chances d’y échapper,
comme nous le verrons d’après l’un des rapports sous-régionaux qui composent l’Évaluation, longuement cité dans le présent numéro.

Á l'heure où nous mettons sous presse, les pays du G8 viennent d’effacer la dette de 18 des pays les plus pauvres du monde : Bénin, Bolivie, Burkina Faso, Éthiopie, Ghana, Guyana, Honduras, Madagascar, Mali, Mauritanie, Mozambique, Nicaragua, Niger, Ouganda, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, et Zambie. Neuf autres pourraient bientôt les rejoindre. Libéré du joug de la dette, ce premier groupe de pays disposera désormais de 1,5 milliard de dollars ainsi épargnés pour investir, entre autres, dans l’éducation, la santé et l’environnement. Cela pourrait changer radicalement leurs chances d’atteindre les Objectifs du millénaire.

 



W. Erdelen
Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles

 

 

 

 

PLANÈTE SCIENCE

Abonnement
version papier
, gratuit
pour les bibliothèques


Abonnement
électronique
gratuit
Si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner merci d'utiliser ce formulaire :



NUMERO ACTUEL
Pour consulter un ancien numéro, choisir l'année:


Natural Science Sector

UNESCO' Natural Sciences Sector
Our Mission

© UNESCO 1995-2005
Responsabilités et droits d'auteurs
Lire notre Politique relative à la protection des données personnelles

Mise à jour : 13/08/2007