Copyright 2006 - UNESCO

L'espace pour le patrimoine

 

Le satellite TerraSAR-X du DLR assure le suivi de l’affaissement des sols de Mexico

La cathédrale métropolitaine de Mexico
© Mario Hernandez
La ville de Mexico à été fondée par les Mexicas, qui construisirent la ville préhispanique sur un lac. La complexité de leurs connaissances technologiques et agricoles est clairement démontrée par le système créatif, ingénieux et pratique qu’ils ont conçu. Il s’agit d’armatures flottantes de rondins de bois assemblées sur le lac et recouvertes de couches de boue. L’accumulation de ces couches constituait une terre arable pour cultiver de la nourriture. Tant l’ancienne capitale Mexica comme le centre historique de la ville espagnole ont été construits sur le lac. Aujourd’hui, Mexico est l’une des villes les plus peuplées et denses au monde. Il y a peu de ressources en eau disponibles et les nappes souterraines sont de plus en plus sollicitées pour subvenir aux besoins de la ville et de ses habitants. Cette exploitation des ressources en eau souterraines provoque des problèmes d’affaissement du sol. Il est maintenant indispensable d’effectuer un suivi du centre historique afin de comprendre comment il bouge pour en assurer la conservation.

Image TerraSAR-X
© DLR
Pour ce faire, l’UNESCO bénéficie du soutien du centre aérospatial d’Allemagne (DLR), qui est l’un des partenaires de l’espace de l’UNESCO et qui participe au Partenariat ouvert de l’UNESCO et de l'ESA sur l’utilisation des technologies spatiales au service de la Convention du patrimoine mondial. Le DLR a utilisé son satellite radar TerraSAR-X pour capturer des images de la ville depuis l’espace de septembre 2009 à janvier 2010, et ainsi surveiller les changements, comme le montre cette image.

La cathédrale penche à gauche en raison de l’affaissement
© Mario Hernandez
Les zones de la capitale mexicaines où TerraSAR-X a enregistré les mouvements de terrain les plus importants sont ici en rouge foncé. Les zones en vert sont celles pour lesquelles aucun mouvement n’a été détecté via la superposition des images radar prises entre le 20 septembre 2009 et le 30 janvier 2010. Les images satellites radar montrent que même pendant ce court laps de temps, le sol s’est enfoncé, jusqu'à dix centimètres par endroits, en conséquence du pompage. Le centre historique de Mexico est devenu un site du Patrimoine mondial en 1987, et l’affaissement du sol est source d’inquiétude. Deux de ses monuments les plus importants, l’opéra de Bellas Artes et la cathédrale, sont en train de s’enfoncer. Le DLR et l’UNESCO assistent les autorités mexicaines de conservation en assurant le suivi du mouvement du sol dans la région : les technologies spatiales viennent en aide aux sites du Patrimoine mondial.

Voir l’article complet http://www.dlr.de/en/desktopdefault.aspx/tabid-1/86_read-24560/ (en anglais)