Rapport de mission

Expo Sciences Internationale (Grenoble 11 15 juillet 2001)

«Pour construire leur avenir les jeunes questionnent la science ».

(Diana Malpede)

 

 

Dans le cadre de la 8ème Expo Science Internationale, 1200 jeunes en provenance de 60 pays se sont réunis à Grenoble du 9 au 14 Juillet 2001. Les objectifs de cette manifestation, placée sous le patronage de l’UNESCO et de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO étaient de promouvoir les sciences auprès des jeunes, mettre l'accent sur le rôle pris par les sciences et les technologies dans la société, contribuer au développement des clubs science; encourager à la pratique d'activités scientifiques pendant les temps de loisirs.

A travers 300 stands d’exposition sur les thèmes de l’environnement, de l’espace, l’astronomie, la robotique, l’informatique et les sciences de la terre les jeunes ont exposé des projets scientifiques et technologiques réalisés par eux-mêmes.

Ils expliquaient et illustraient au public leur réalisations et jouaient ainsi le rôle de communicateurs de la connaissance scientifique.

Quatre ateliers et une table ronde, ont été organisés dans le contexte de l’Expo Science Internationale afin de donner l’occasion aux jeunes d’exprimer leur avis sur la place de la science dans leur société :

1) Les scientifiques et la culture scientifique et technique : le but de cet atelier était de s’interroger sur l’attitude citoyenne face à la science et sur la façon dont les jeunes y sont préparés. Les résultats de cette consultation avec les jeunes ont confirmé les résultats de la consultation lancée par l’UNESCO dans le cadre de la préparation de la Conférence de Budapest. Les jeunes attendent de la science des applications concrètes et immédiates. De manière générale les jeunes ont montré que suivant le stade de développement économique, leurs attentes sont différentes.

2) L’apprentissage de la science : cette atelier a débattu la question de l’apprentissage de la science comme un enjeu crucial au niveau de l’éducation des jeunes, étant donné une certaine désaffection de la part des jeunes pour les filières scientifiques il a été considéré comme nécessaire d’identifier les actions à mener afin d'améliorer cette situation au niveau des décideurs politiques, des enseignants, des animateurs de centres culturels et des musées.

3) Les medias et la culture scientifique et techniques : le recours à l’information scientifique obéit à différentes préoccupations, plus ou moins présentes selon les individus et les communautés nationales : édifications d’une culture générale, complément d’une pratique de culture scientifique et technique, prolongement des questionnements et connaissances abordées dans les milieux éducatifs et professionnels, démarche de participation citoyenne. Au cours de cet atelier des différences ont émergé entre les médias dans les différentes régions du monde. Par exemple, en Europe les jeunes lisent des magazines de vulgarisation scientifique, tels que Science et Vie, Science et avenir. En Amérique Latine, les jeunes ont accès à des revues américaines, car la presse de vulgarisation scientifique n’existe quasiment pas. Les émissions généralistes qui traitent parfois des sujets scientifiques passent tard dans la nuit.

4) Les loisirs scientifiques et techniques, non seulement pour les jeunes passionnés, mais dans la prospective d’une culture scientifique pour tous. Les jeunes ont affirmé que des veillées aux étoiles aux découvertes de la nature en passant par des réalisations techniques (fusées, engins roulants, etc.) autant d’activités peuvent avoir une dimension ludique et éducative. Il a été considéré comme nécessaire d’accompagner le développement de l’accès aux ressources et aux informations de nature scientifique et technique (Internet, médias, centres de ressources) d’un développement du nombre de personnes compétentes pour accompagner les enfants et les jeunes dans la réalisation de projets. Pratiquer des activités scientifiques dans les loisirs participe à modifier l’image un peu négative qu’a l’enseignement scientifique à l’école et peut redonner l’envie d’ "apprendre les sciences".

La synthèse des sujets traités dans les ateliers ainsi que les propositions des jeunes ont été présenté par les jeunes eux-mêmes à la table ronde :

Pour construire leur avenir les jeunes interrogent la science

La table ronde animée par Oliver Las Vergnas, Président de l’Association Française d’Astronomie et directeur de la cité des métiers, a réuni : M. Cecil Guitard, Maire Adjoint de Grenoble, Mme Silvie Vauclair (astro-phisicienne), M. Cristian Sotty, Journaliste scientifique responsable de l’émission Megascience à Radio France International, Mme Vôgler, Directrice du Bureau pour la culture scientifique et technologique au Ministère Français de la Recherche, M. Michel Bois, Directeur de Communication d’Hydroquebec et moi même.

A cette Table Ronde j’ai présenté les programmes de l’UNESCO concernant les jeunes et les sciences ainsi que les résultats de la consultation lancée par l’UNESCO dans le cadre de la préparation de la Conférence Mondiale sur la Science.

La prochaine Expo-Science Internationale est prévue pour l’an 2003 à Moscou.

Cette manifestation de Grenoble a, une fois de plus, montré que la culture scientifique et technique est un sujet de politique scientifique. Impliquer les jeunes dans la culture scientifique et technique est important pour la construction d’une science citoyenne mais aussi pour faire en sorte que plus de jeunes choisissent la fillière scientifique. L’UNESCO, et particulièrement la Division des Politiques scientifiques, devrait apporter son soutien et encourager des initiatives de ce genre, qui conjuguent pour les jeunes, la passion pour la science et la coopération /compréhension internationale.