wcsentete.gif (10807 octets)

 

 

Un siècle de Prix Nobel : science et humanisme

Paris (France) 8-10 avril 1999

Projet de Déclaration finale

 

Nous, représentants de disciplines telles que la physique, l’astrophysique, la chimie, la biologie moléculaire, la génétique, la médecine, la paléontologie, l’étude des systèmes complexes, l’économie, la philosophie et l’histoire, réunis à Paris à l’initiative de l’UNESCO et de l’Université interdisciplinaire de Paris, prenons acte de l’influence que la science exerce sur notre société, non seulement à cause des projets technologiques qu’elle génère, mais aussi par l’intermédiaire de la vision de l’homme et du Monde qu’elle nous donne.

Nous tenons à affirmer, que d’une part la science, par l’universalité de sa méthodologie, fournit un moyen de rapprocher toutes les cultures ce qui exclut toute dérive relativiste qui affirmerait que la science n’est qu’une " construction sociale " ne reposant sur aucune vérité objective.

D’autre part que la science a connu au cours du XXème siècle et connaît actuellement un bouleversement conceptuel profond dont l’ampleur n’a pas encore été perçue de tous, y compris au sein de la communauté scientifique.

Les révolutions issues de la physique quantique et de l’astrophysique ont réfuté les conception en vigueur pendant plusieurs siècles selon lesquelles la réalité serait unidimensionnelle et descriptible à l’aide de concepts familiers. Associées aux théories du chaos, à l’étude de la complexité et de l’irréversibilité, elles ont montré l’incapacité des approches déterministes et réductionnistes (quelques fructueuses qu’elles aient pu être, et qu’elles puissent être encore dans certains domaines particuliers) pour rendre compte de la nature de notre monde.

Les progrès énormes de la biologie et des neurosciences ont réintroduit les questions éthiques mais aussi philosophiques au cœur même de la Science. Ils ont mis l’homme et le chercheur face à leur propre responsabilité et ont montré que l’activité scientifique ne pouvait être totalement déconnectée d’une réflexion sur la nature du processus d’évolution du vivant et sur la nature de la conscience.

Ainsi, alors que la physique n’est plus laplacienne, que l’astronomie n’est plus newtonienne, que la chimie n’est plus lavoisienne et que la biologie ne se résume plus au hasard et à la nécessité, nous voyons émerger une nouvelle image de la Science. Une Science consciente à la fois de son importance culturelle mais également de ses limites, n’ayant plus la prétention de tout expliquer et de tout prévoir à partir de ses outils. Une science ouverte à la difficile question du sens, aux autres formes d’approches du réel, aux dialogues avec les différentes traditions et religions. Une science mieux à même de prendre en compte les phénomènes complexes dont dépend notre survie. Une science plus compatible avec une approche qualitative et non plus uniquement quantitative du progrès et de la croissance.

A l’aube du troisième millénaire, nous attestons de la réalité de cette évolution du projet de la science et de certains concepts sur lesquels elle repose, évolution qui permet, à partir de la connaissance scientifique, de mieux prendre en compte les nécessités de protection de l’environnement, la quête du sens et les interrogations éthiques de nos contemporains, le développement d’une économie plus soucieuse des réalités humaines. Nous encourageons la communauté scientifique à tenir compte de l’existence de cette mutation car elle constitue la principale voie pouvant rapprocher science et société.

La cité humaine doit être le lieu de l’action rationnelle par rapport aux valeurs. Elle ne saurait avancer sous l’effet du seul automatisme de l’évolution économique, technique et scientifique. Gouvernants, savants, et citoyens doivent se référer à ces valeurs que l’homme a commencé d’élaborer dès qu’il a émergé de la biologie animale. La pérennité de la démocratie est à ce prix.

 

Contacts    Back to top

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter : m.el-tayeb@unesco.org

 

Associated Meetings List

Back to UNESCOBack to Natural SciencesBack to WCS