Back to UNESCO WCS Home page

 

Congrès Inter-latin pour la Pensée complexe
Rio de Janeiro (Brézil), 8–11 Septembre 1998

Sommaire du rapport

Contents
Introduction
Premiers résultats
Finalités et objectifs du Congrès
Contact

 

Introduction   Back to top

Le Congrès Inter-latin pour la Pensée Complexe, qui s’est tenu à l’Instituto do Plurialismo Cultural, Universidade Candido Mendes, a réuni 482 participants, dont des représentants de 47 universités d’Amérique Latine et d’Europe latine, 33 invités, conférenciers et rapporteurs de ces divers pays. Cent trois communications ont été réparties entre neuf ateliers : La pensée complexe ; Epistémologie complexe ; Réforme de pensée et réforme de l’éducation ; Anthropologie complexe ; Ethique et complexité ; Politique et complexité ; Réseaux, problèmes économiques et solidarité ; Les défis de l’ère planétaire ; Complexité et psychanalyse.

Ce Congrès constitue la première réunion internationale où l’anglais ne représente pas une langue hégémonique, les langues officielles étant (en dépit des frais occasionnés par les traductions simultanées) le français, le portugais, l’espagnol et l’italien.

Finalités et objectifs du Congrès   Back to top

Ce Congrès avait pour finalité de rassembler les hommes et les femmes qui ont appris, dans leur latinité et leur méridionalité, à vivre entre une domination omniprésente du Nord, la turbulence créatrice du " nouveau monde ", l’incertitude du " Tiers monde ", et qui entreprennent de relever les défis de la complexité.

Le terme complexe prend ici son sens plein - ce qui est tissé ensemble, dans un assemblage de constituants divers inséparablement associés, y compris dans leurs antagonismes.

Le mode d’éducation dominant n’apprend qu’à séparer les objets de connaissance de leur contexte et de leur environnement, à les distinguer dans des connaissances compartimentées. Ce mode d’éducation brise le monde en fragments disjoints, fractionne les problèmes, unidimensionnalise le multidimensionnel, et rend aveugle au contexte et au complexe planétaire. L’intelligence aveugle rend inconscient et irresponsable, au moment où nous avons besoin d’identifier les vrais problèmes de notre planète. Il y a, face à l’incertitude et à l’imprévu, face à la trame complexe d’ordre, de désordre et d’organisation qui nous constitue, une véritable " crise de l’entendement ".

Le défi de la complexité s’intensifie. Nous sommes, en effet, dans une époque dite de mondialisation, qui constitue l’étape nouvelle de l’ère planétaire commencée en 1492. Cela signifie que tous les processus locaux relèvent, à leur façon, des processus mondiaux qui eux-mêmes relèvent des processus locaux. Ce défi signifie aussi que chacun de nous doit reprendre, au coeur de sa condition individuelle, les grandes interrogations sur la condition humaine : Qui sommes-nous et où sommes-nous ? Qui étions-nous et d’où venons-nous ? Qui serons-nous et où allons-nous ?

Il nous faut relever tous ensemble ce défi. Il faut tenter de relier dans leur contexte et dans leur ensemble global l’économie, la démographie, l’écologie, le développement, l’éducation, la technologie, le chômage, la solidarité, l’humanisation, l’éthique, la politique. L’intelligence de la complexité est devenu vitale, c’est-à-dire que son inintelligence risque d’être mortelle pour l’humanité.

Le Congrès Inter-latin pour la Pensée Complexe s’est proposé de réfléchir dans un dialogue ouvert, sur le mode d’organisation des idées, sur notre structure mentale, sur notre héritage culturel, sur notre devenir.

Les objectifs immédiats du Congrès étaient :

  • relier tous ceux pour qui la pensée unidimensionnelle, réductrice, fragmentée est devenu le principal obstacle à la prise de conscience de nos problèmes vitaux et globaux ;
  • multiplier les échanges et solidarités entre tous ceux qui sont convaincus de la nécessité d’une réforme de la pensée ;
  • susciter, stimuler et décider des recherches portant sur les problématiques de la complexité ;
  • illustrer la nécessité de relier problèmes locaux et problèmes globaux dans leurs interdépendances et leurs rétroactions ;
  • considérer à la fois l’unité et la diversité de tout ce qui est humain, tant biologiquement, psychologiquement, sociologiquement que culturellement ;
  • oeuvrer pour un monde responsable et solidaire dans la conscience de notre identité des citoyens de la Terre-Patrie.

Premiers résultats   Back to top

Durant le Congrès se sont constitués de multiples réseaux et de nombreux engagements de collaboration ont été envisagés. Des instituts ou centres voués aux problèmes complexes sont d’ores et déjà existants comme l’Institut International pour la Pensée Complexe (Université du Salvador, Buenos Aires, Argentine), le Groupe d’étude sur la complexité - GRECOM- (Université Fédérale du Rio Grande do Norte Bresil), le réseau chilien de la complexité -RECHICO- (Université de Santiago, Chili), le réseau colombien de la complexité (Université Pontificia Bolivariana de Medellin), l’Association pour la Pensée Complexe (Ecole de gestion de Montréal, Québec, Canada), Université di Bergame, Italie etc. D’autres sont en cours de constitution, notamment à Rio de Janeiro (Université Candido Mendes). Suite au Congrès, une Chaire itinérante " Edgar Morin " a obtenu le soutien de l’UNESCO pour les années à venir et se tiendra dans différentes universités d’Amérique latine.

Enfin, au Brésil, et notamment dans la presse de Rio de Janeiro, de São Paulo de Brasilia et de Natal, le Congrès a connu un grand retentissement, et a suscité une réaction salutaire aux effets de la publication au Brésil du livre de Alan Sokal et Jean Bricmont qui avait entraîné un discrédit de la " pensée française ".

 

Contact:   Back to top
Pour toute information complémentaire : alfredo.pena-vega@ehess.fr

 

Associated Meetings List

Back to UNESCOBack to Natural SciencesBack to WCS