Comment rendre participative la gestion de l’eau ?

22 mars 2001 - Les Premières journées scientifiques s’ouvrent aujourd’hui à Casablanca (Maroc) autour du thème de la gestion sociale de l’eau et des rôles de l’université et des autres partenaires.

Ces deux journées réunissent des experts et des universitaires nationaux et internationaux, des représentants d’organismes internationaux, des secteurs public, privé et associatif, autour de trois axes : Quelle ingénierie pour la gestion sociale de l’eau ? Eau et centres de ressources ; Eau et connaissance.

Organisées à l’École Hassania des Travaux Publics par la Chaire UNESCO interdisciplinaire pour une gestion durable de l’eau, ces journées initient un cycle de manifestations scientifiques sous l’égide du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, et du Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’habitat, de l’urbanisme et de l’environnement, avec la participation de l’UNESCO.

Cette Chaire UNESCO, dont le thème fédérateur est de développer les outils d’une ingénierie sociale, s’est tracé des objectifs qui sont essentiellement la recherche en sciences humaines et sociales et la recherche-action-concertation, visant à apporter des éclairages actualisés sur les thématiques liées à l’eau dans le cadre d’une approche interdisciplinaire.

La Chaire favorise l’interaction des savoirs et des technologies anciens et modernes ; elle vise à éduquer la personne humaine sur sa place dans la chaîne écologique, tout en reflétant la société, ses valeurs, ses rythmes, ses besoins et ses priorités.

Elle soutient également la formation et l’échange transversal comme moyen de décloisonner l’université, les acteurs de la gestion publique et privée de l’eau, les techniciens de l’eau et le monde associatif. Ce décloisonnement devrait permettre la mise en place, dans un consensus, d’un ensemble de règles de conduite pour guider l’action, surmonter les conflits et promouvoir ainsi " une éthique de l’action ".

L’approche interdisciplinaire de la recherche dans le domaine de l’environnement a été plébiscitée à Budapest. "Tous les grands acteurs concernés, y compris le secteur privé," prône l’Agenda pour la science (paragraphe 31) "doivent promouvoir vigoureusement la recherche interdisciplinaire associant sciences naturelles et sciences sociales aux fins ... d'une meilleure compréhension des conditions à respecter pour assurer la pérennité des systèmes naturels."

Par ailleurs, le paragraphe 32 de ce même Agenda recommande que " le savoir scientifique moderne et le savoir traditionnel [soient] associés plus étroitement dans des projets interdisciplinaires portant sur les liens entre culture, environnement et développement dans… la gestion des ressources naturelles " et que " les collectivités locales et autres acteurs concernés [interviennent] dans ces projets. "

C’est tout, sauf un hasard, si cette manifestation coïncide avec la Journée mondiale de l’eau célébrée aujourd’hui. Un des objectifs de la rencontre est justement de sensibiliser le public aux enjeux représentés par la gestion de l’eau.

Cette manifestation accueillera des journalistes du Maghreb et du Machrek qui participent parallèlement à une Formation–sensibilisation sur le thème " Eau et développement durable ". La Formation est organisée par l’Alliance Maghreb Machrek pour l’Eau (ALMAE) en collaboration avec Al Ahdat Al Maghribia, l’Association Marocaine de l’information en environnement et en développement (AMIED), Nissaa Al Maghrib et Femmes du Maroc. Elle est appuyée par l’Ambassade des Etats Unis au Maroc, par le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Environnement et par l’UNESCO.

Les participants aux deux manifestations se rencontreront au cours du vernissage organisé ce soir à la Villa des Arts, Musée de la Fondation ONA (Casablanca) sur le thème " Les artistes et l’eau " en présence de peintres marocains. Pendant cette soirée, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, des enfants dévoileront  " leur toile commune " en vue d’interpeller les adultes sur le monde qu’ils entendent leur laisser en héritage.

Pour de plus amples informations, contacter : h.tazisadeq@marocnet.net.ma