Coopération scientifique et pacifique au Moyen-Orient grand gagnant avec SESAME

31 mai 2002 L’UNESCO vient de décider, lors de la 164ème session de son Conseil exécutif, la création du Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient (SESAME) sous l’égide de l’UNESCO.

Le Centre, qui sera installé sur un site de 6.200 m2 à l'Université Al-Balqa' à Allan en Jordanie, devra jouer un rôle important dans la région en facilitant la cooperation scientifique et une interaction pacifique. (Suite)

Lors du débat, certains des Membres du Conseil ont décrit SESAME comme étant un modèle pour d’autres régions du monde. Le Président de la Commission du Programme et des Relations Extérieures, quant à lui, a loué ce « projet quintescent de l’UNESCO qui marie avec succès le renforcement des capacités d’Etats membres et la construction de la paix à travers la science 

SESAME aura pour fonction de mettre en place, exploiter, entretenir et améliorer la source de rayonnement synchrotron, les faisceaux de rayonnement, les spectromètres et autres détecteurs ainsi que le matériel auxiliaire et les laboratoires. Il proposera des installations de recherche et des possibilités de formation à des scientifiques et ingénieurs du Moyen-Orient et d'ailleurs.

Il assurera aussi la formation de techniciens et apportera une assistance scientifique et technique aux utilisateurs de ses installations. Il organisera et parrainera la coopération internationale dans son domaine d'activité.

Il n'entreprendra pas d'activité secrète à des fins militaires ou autres recherches secrètes, et les résultats de ses activités expérimentales et théoriques seront à terme publiés ou diffusés de toute autre manière.

Actuellement, le Centre se compose des membres suivants : Arménie, Bahreïn, Chypre, Egypte, Emirats Arabes Unis, Grèce, République islamique d'Iran, Israël, Jordanie, Maroc, Oman, Pakistan, Autorité palestinienne et Turquie. Il y a aussi 10 observateurs (Allemagne, France, Etats-Unis d'Amérique, Fédération de Russie, Italie, Japon, Koweït, Royaume-Uni, Soudan et Suède).

L’UNESCO compte inviter d’autres Etats membres, des pays observateurs et des autorités territoriales, et en particulier ceux du Moyen-Orient, à s’associer au projet, alors que SESAME pourrait bien faire des émules dans d’autres régions du monde.

Pour connaître l’historique, voir le Bulletin du 3 juillet 2001 (anglais seulement) ou contacter : c.formosa-gauci@unesco.org