Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
United Nations Educational, Scientific and Cultural Organizations
     
Le réseau international pour la
promotion de la sécurité humaine et la paix

The International Network for the 
Promotion of Human Security and Peace 

Accueil > Objectifs > Sécurité humaine > Instructions >  Publications > Actualité > Liens > E-mail  

Accueil
Objectifs
Sécurité humaine
Instructions
Publications
Actualité
Liens
E-mail
Base de données

Pour commander cette pulbication veuillez vous adresser à:

KARTHALA
Editions Diffusions
22-24, boulvard Arago
75013 Paris
FRANCE
Tel:  +33 1 43 31 15 59
Fax: +33 1 45 35 27 05
mél: karthala@wanadoo.fr
Internet: www.karthala.com

 

Nouvelle publication:

La pauvreté, une fatalité?
Promouvoir l'autonomie et la sécurité humaine des groupes défavorisés
 Bénin - Burkina Faso - Mali - Niger
Préface de Pierre Sané,
Sous-Directeur général pour les Sciences sociales et humaines
Introduction de Moufida Goucha,
Chef de la Section de la Philosophie et des Sciences humaines

  • Gilles Expédit GOHY
  • Basile Laetare GUISSOU
  • Hamidou MAGASSA
  • Kimba IDRISSA
  • Alioune SALL

Co-publication: UNESCO-Karthala
ISBN UNESCO: 92-3-203878-1
ISBN Karthala: 2-84568-327-6

Extrait de l'introduction du Directeur général de l'UNESCO

« Pour l'UNESCO, l'année 2015 est importante à un double titre, s'agissant plus particulièrement du développement de l'Afrique : c'est l'échéance qu'a fixée l'Assemblé du Millénaire des Nations Unies pour réduire de moitié les chiffres de l'extrême pauvreté, et c'est aussi la date butoir pour la réalisation de l'éducation pour tous.  Deux objectifs qui vont ensemble et qui, aux yeux de l'UNESCO, sont indissociablement liés. »

Koïchiro Matsuura


Extrait de la préface du Sous-Directeur général pour les Sciences sociales et humaines de l'UNESCO

« Le Directeur général n'a cessé de soutenir que l'extrême pauvreté -- celle qui prive aujourd'hui plus d'un milliard d'êtres humains d'eau, de nourriture, d'écoles, de logements, de centres de santé -- est intolérable et ne saurait être tolérée car elle est antinomique avec l'exercice plein et entier des droits humains sans lequel les notions de liberté et solidarité perdent beaucoup de leur sens, sinon de leur intérêt.  C'est que, à la réflexion, l'extrême pauvreté est une violation des droits humains en ce qu'elle prive celles et ceux qui en sont victimes de la possibilité d'exercer leurs droits inaliénables. ...
« C'est autour de deux idées-force, de deux tâches -- la reconceptualisation de la lutte contre l'extrême pauvreté et l'établissement d'un large front autoru de cet objectif -- que s'articule cet ouvrage qui se veut une contribution à l'assaut lancé par les pays africains et leurs partenaires de la communauté international contre la pauvreté et pour l'autonomisation des groupes défavorisés.  En un mot pour les droits humains.»

Pierre Sané


Extrait de l'introduction

« Le projet se situe dans une approche globale de promotion de la sécurité humaine, également posée par l'Organisation comme objectif stratégique.  Il s'agit, en effet, d'une approche fondée sur la sécurité des populations, globale et indivisible, reposant sur des critères liés aux conditions de vie des individus et à leur épanouissement dans les droits, afin d'assurer les interactions positives entre la paix et la promotion des droits humains, du développement et de la démocratie. ...
« Au moment de la publication de cet ouvrage, une deuxième étape de la mise en oeuvre du projet est sur le point de débuter : il s'agit de la mise en place, dans chacun des trois pays concernés, des modalités de collaboration avec les acteurs locaux : organisations nationales, ONG, experts, universitaires, secteur privé, etc.  Il est question dans cette seconde phase du projet, d'identifier les initiatives passées ou en cours dans la région concernée, afin de formuler des « meilleures pratiques » à même de satisfaire les besoins prioritaires et de répondre aux objectifs stratégiques de l'UNESCO.  Une phase essentielle, mais aussi décisive, dans la mesure où il faut assurer que le projet ne sera plus, à strictement parler, «un projet UNESCO », mais « un projet approprié » par les acteurs sociaux et les populations concernées. »

Moufida Goucha
Chef de la Section de la Philosophie et des Sciences humaines