Table des matières - Précédente - Suivante


Chapitre sept - Mesures de sauvetage en cas de sinistres d'autre nature

La probabilité des sinistres qui sont envisagés dans le présent chapitre est beaucoup moins élevée; cependant, l'on n'a pas le droit de s'illusionner sur les risques qui leur sont liés. Car lorsqu'ils surviennent effectivement, ils peuvent revêtir une ampleur catastrophique et frapper les personnes, des collections entières, voire des secteurs géographiques entiers. Dans "Information and Records Management", Maedke, Robek et Brown analysent les sinistres sous l'angle de leurs incidences sur l'institution concernée (14). Dans le cas d'une bibliothèque ou d'un dépôt d'archives, un sinistre majeur serait par exemple celui qui détruirait aussi tous les moyens d'accès aux collections endommagées. Il serait utile d'effectuer la même analyse sous l'angle des précautions à prendre en prévision de sinistres et tout particulièrement des sinistres catastrophiques qui peuvent frapper les bibliothèques et les dépôts d'archives. Cela faciliterait grandement la fixation des priorités. Il n'est souvent guère possible de prévenir les catastrophes telles que les explosions, les conflits armés, les intempéries ou la pollution chimique. Lors des réunions consacrées à la planification de la lutte, il conviendra de consacrer quelque temps à l'examen des risques de cette nature. Comme toujours, c'est à ce stade qu'il y aura lieu d'établir l'ordre de priorité des collections car ce n'est pas au moment où il faudra s'activer pour sauver ce qui peut l'être qu'on aura le temps de prendre ce genre de décision Toutefois, s'agissant des sinistres catastrophiques, il faudra peut-être, dans cette réflexion sur les priorités, prendre en compte de nombreux bâtiments abritant de vastes collections. Si l'institution pour laquelle on effectue la planification risque d'être elle-même mise en danger, il conviendra de décider de l'opportunité de transporter les pièces les plus précieuses des collections dans un lieu plus sûr. On concevra le plan en fonction de la probabilité que la région tout entière soit touchée par une catastrophe telle qu'inondation, séisme, conflit armé, etc., et que la bibliothèque ou le dépôt d'archives en question ne puisse y disposer des moyens et services nécessaires à une intervention de sauvetage immédiate. Les planificateurs devront peser ce risque et, s'il paraît très improbable, ils pourront n'énoncer qu'un minimum de mesures à prendre en pareil cas.

En 1958, l'Unesco a publié un document intitulé "Convention de La Haye pour la protection des biens culturels" qui peut être utile aux institutions culturelles examinant les risques liés à un conflit armé.

Bon nombre des conseils donnés dans le chapitre quatre valent pour l'étude des interventions et opérations de sauvetage à mettre en oeuvre face à d'autres types de sinistres. Il conviendra également de tenir compte des points suivants:

1. S'il existe un risque de pollution chimique, il y a lieu de recueillir des informations générales sur la nature des substances chimiques susceptibles d'envahir une bibliothèque ou un bâtiment d'archives et sur les mesures à prendre à ce sujet. On déterminera quels experts peuvent prêter leur concours pour remédier à d'éventuelles pollutions chimiques. Il faudra indiquer au personnel la conduite à tenir, en particulier si l'institution est une bibliothèque située dans un bâtiment qui est exposé à un risque de pollution - un laboratoire ou une usine de produits chimique par exemple

2. La pollution par les eaux d'égout est à craindre dans les zones sujettes aux inondations soudaines ou mal drainées. On trouvera auprès des services de la protection civile et des organismes mondiaux de santé publique des renseignements utiles pour s'en protéger. Pour manipuler les collections contaminées, on s'équipera de gants, de vêtements protecteurs et de masques spéciaux afin d'éviter les risques de maladie. Les contaminants peuvent être éliminés par rinçage à peu près comme indiqué au chapitre quatre à propos de la boue et de la vase. Cependant, il peut être nécessaire de désinfecter les collections pour pouvoir ensuite les manipuler sans danger.

3. En prévision d'un éventuel conflit armé, il importe d'établir des plans pour protéger les registres d'état civil et les trésors du patrimoine culturel national. On y inclura, si on le juge utile, des consignes concernant le déménagement des collections, leur emballage et les modes de transport à utiliser.

4. Les plans relatifs à la sécurité des personnes doivent comporter des directives sur la conduite à tenir face à une menace de plastiquage/bombardement ou à un risque d'explosion. Des dispositions à ce sujet devraient du reste figurer également dans les plans de protection des collections contre les sinistres. Une fois définies les mesures prioritaires à prendre pour que la bibliothèque ou l'institution d'archives continue à fonctionner et reste au service des utilisateurs, on passera à celles à prévoir pour protéger convenablement l'établissement de catastrophes telles qu'une explosion. Il est évident qu'un trésor du patrimoine national ne doit pas être exposé sans protection dans un lieu public ni des pièces de collections rares entreposées dans un magasin sous des canalisations de chauffage.

Les mesures à prendre en cas de catastrophes ne sont pas nécessairement difficiles à prévoir et ne demandent pas toujours à être détaillées. Elles exigent toutefois une étude sérieuse et devraient figurer dans tout plan valable de lutte contre les sinistres, ne serait-ce que pour prouver que la question a été envisagée et que les précautions voulues ont été prises.


Table des matières - Précédente - Suivante