Table des matières - Précédente - Suivante


1. Introduction

1.1 Les livres et les documents sont fabriqués à partir de matériaux organiques - essentiellement des fibres végétales et des peaux d'animaux. Ils ont par conséquent tendance à se dégrader et sont exposés aux atteintes du milieu ambiant, et en particulier des polluants et d'agents de détérioration biologique tels que champignons, insectes et rongeurs. La mauvaise qualité des matières premières, et notamment du papier de pâte de bois broyé, et l'utilisation d'agents de collage à base d'alun et de colophane, ou encore le mauvais tannage du cuir des reliures, n'ont fait qu'aggraver ces problèmes. Conserver des livres, manuscrits et autres documents écrits ou imprimés sur papier ou vélin est une toute autre affaire que sauvegarder des objets de musée ou des oeuvres d'art. A la différence de ces derniers, les livres et les documents sont des sources d'information irremplaçables et il est impossible de les stocker dans un endroit où ils seraient à l'abri de toute dégradation. Ils sont faits pour servir, être lus et relus avec attention, ce qui signifie qu'ils doivent être à la disposition des lecteurs, et qu'ils vont être manipulés. Chaque consultation d'un ouvrage accélère sa détérioration et, si rien n'est fait, aboutit tôt ou tard à sa destruction.

1.2 Les responsables d'une bibliothèque ou d'un service d'archives - bibliothécaires, conservateurs, archivistes ou techniciens-restaurateurs - sont tenus par devoir professionnel de veiller à ce que les documents dont ils ont la charge restent en état d'être consultés et bénéficient d'un entretien en rapport avec leur valeur intrinsèque. Il ne s'ensuit pas que tous les documents doivent ou devraient être conservés indéfiniment. Il n'y a normalement pas au niveau local, national ou international de ressources suffisantes pour tout garder pour les générations futures. D'où la nécessité d'une politique de conservation correspondant à la vocation de la bibliothèque ou du service d'archives en cause, aux besoins des usagers et à la valeur des différents documents.

1.3 La présente étude énonce un certain nombre de principes directeurs pour l'élaboration et la mise en oeuvre d'une telle politique. Elle aborde tous les aspects de la gestion des collections ayant une incidence directe sur leur sauvegarde et analyse quelques-unes des options qui s'offrent à qui entend établir un programme de conservation.

1.4 Il est impossible de définir en la matière une politique que les bibliothèques et archives de toutes sortes de par le monde pourraient reprendre telle quelle. Il n'est pas davantage possible de proposer un ensemble de directives valables en toutes circonstances. Aussi nous proposons-nous ici de formuler une série de principes directeurs applicables en fonction des circonstances et des besoins aux fonds et collections de différents types d'établissements.

1.5 Le rôle d'une bibliothèque diffère de celui d'un service d'archive; de même, il existe différents types de bibliothèques et de services d'archives. Les obligations juridiques auxquelles sont astreintes les bibliothèques bénéficiant du dépôt légal, ou encore les responsabilités des archives nationales ou des dépôts d'archives publiques, limitent leur marge de manoeuvre sur certains aspects de la gestion de leurs fonds. Il sera fait mention de ces cas particuliers lorsque cela paraîtra utile. On présume que les établissements ayant des obligations spéciales en tiendront compte lorsqu'ils arrêteront leur politique de gestion de leurs fonds.

1.6 Aux fins de la présente étude, les expressions documents ou fonds et collections de bibliothèque ou d'archives désignent exclusivement les textes écrits ou imprimés sur du papier ou des peaux d'animaux, sur parchemin et vélin notamment.


Table des matières - Précédente - Suivante