Dimeji Sodeke

Entretien avec Dimeji Sodeke

Article

Dimeji Sodeke est l’auteur d'une anthologie de poèmes intitulée The Big Black Theory et de deux romans intitulés respectivement The Gods of My Parents et Dwelling in the Belly of the Beast, soutenus par le lauréat africain du prix Nobel, le professeur Wole Soyinka.

En reconnaissance de son impact en tant qu'icône mondiale de la jeunesse, Dimeji a fait partie du premier groupe issu du Programme présidentiel de leadership africain en Égypte, sous l'égide de S.E. le Président Abdel Fattah el-Sisi. Il a également été sélectionné comme jeune leader pour participer au Dialogue intergénérationnel de la Biennale de Luanda 2021. En outre, il est le fondateur de Derine TV et a également été porte-parole bénévole du Global Pan Africanism Network (GPAN).

Dimeji Sodeke

1. Que signifie pour vous le fait de faire partie de la diaspora africaine en Europe, en particulier au Royaume-Uni ? Quels sont les défis à relever ?

Cela signifie que je suis directement impliqué dans les réalités auxquelles la race de la diaspora est confrontée, car j'y suis prédisposé sans exagération. Les défis sont nombreux mais, à mon avis, la fusion des cultures joue un rôle central dans cette liste. Il faut accepter, s'adapter et maintenir ses propres perspectives sur ce qu'était la vision du monde et ce qu'elle est aujourd'hui.

Les défis à relever consistent à se battre en restant à un niveau de conscience profond qui englobe notre réalité et nos racines. Souvent, beaucoup de gens se perdent tandis que d'autres se détachent délibérément de leurs racines, mais il y a un adage dans la culture Yoruba d'où je viens qui dit : « Une rivière qui oublie sa source va bientôt s'assécher ».

Dimeji Sodeke
« La Biennale de Luanda a démontré avec succès son intérêt à exploiter les potentialités des jeunes afrodescendants pour collaborer et s'exprimer. »
Dimeji Sodeke

2. D'où est venue l'idée d'écrire l'anthologie de poèmes intitulée The Big Black Theory ? Quels sont les messages les plus importants de cette anthologie ?

Au fil du temps, il y a eu des discussions autour de la perspective mondiale sur ce qu’est le but de la vie. Alors que certains préfèrent la science à la religion, comme le célèbre auteur Dan Brown. J'ai décidé de procéder à une évaluation critique des choses d'un point de vue approfondi et de voir où la science manque encore de précision. J'ai étudié la théorie du « Big Bang » d'un point de vue scientifique, puis j'ai voulu créer sciemment une étincelle de révélation et de fusion entre la science, la culture et la religion. Cela va par la suite inspirer mes œuvres littéraires à venir.

De même, les médias pourraient, à bien des égards, servir des intérêts connus pour leurs valeurs commerciales. J'ai utilisé ce travail littéraire pour appeler les intellectuels afrodescendants à se joindre à moi pour rédiger et raconter des histoires d'expériences authentiques auxquelles nous sommes confrontés dans nos pays ou dans la diaspora. Ce qui a déclenché une étincelle est l’idée que « Bang » désigne le fait de faire sortir une personne ordinaire de l'altération des réalités telles que la réalité virtuelle, la réalité augmentée, entre autres, qui se produisent en ce moment avant qu'il ne soit trop tard.

Le message le plus important de cette anthologie est que cette œuvre est destinée à représenter « l’identité noire » à partir de diverses perspectives. Elle est dépourvue d'exagération et d'altérations médiatiques. Il s'agit également d'un moyen de réécrire l'histoire de l'Afrique de manière non équivoque, sans manipulations ni vision unilatérale, alors que nous, Africains, tenons la plume. Il s'agit d'une projection intellectuelle à laquelle tout le monde peut se fier pour obtenir la vérité.

Dimeji Sodeke

3. Quel type d'opportunités les jeunes participant à la deuxième édition de la Biennale de Luanda peuvent-ils saisir à l'avenir, en collaborant avec d'autres jeunes d'Afrique et de ses diasporas ?

La Biennale de Luanda a démontré avec succès son intérêt à exploiter les potentialités des jeunes afrodescendants pour collaborer et s'exprimer. Il serait judicieux de tirer parti d'une telle plateforme pour que les jeunes puissent naviguer, se mettre en réseau et exprimer au monde ce qu'ils représentent. C'est un fait connu que, selon Nelson Mandela : « Ce n'est qu'ensemble que nous sommes si puissants ». Cette unité est l'assurance que présente la Biennale de Luanda.

Youth onsite - Intergenerational Dialogue

4. Pourquoi le rôle des jeunes dans la construction d'une culture de la paix est-il important ? Quel est le rôle particulier des jeunes afrodescendants dans sa promotion ?

Le monde fait vraiment les cent pas et n'attend personne. Dans le livre écrit par Mohammed ben Rachid Al Maktoum, le dirigeant de Dubaï, on ne peut que déduire que tant que nous ne nous lèverons pas pour faire bien pour nous-mêmes et nous sauver, personne ne le fera. L'énergie des jeunes devrait être canalisée vers la positivité et la construction du continent bien plus que vers le retard sur le monde. Il nous incombe donc à tous, en tant qu'Afrodescendants, d'utiliser toutes nos capacités et nos ressources pour naviguer à cette fin. Le mouvement « Faire Taire les Armes » lancé par l'Union africaine est un exemple parfait pour mobiliser les esprits et les énergies des jeunes du continent contre la violence. Dans cette optique, des engagements positifs plus actifs devraient être lancés pour remplacer les vides que sont le désespoir, la pauvreté, l'analphabétisme, la faim et bien d'autres.

Le rôle des jeunes dans la construction d'une culture de la paix est vital car la population du continent est composée à 60 % de jeunes. Il est donc fort probable que ce jeune continent plein d'énergie puisse accomplir de plus grands exploits si seulement cet énorme capital humain pouvait être valorisé et utilisé de manière positive.

Dimeji Sodeke

5. Quel message souhaiteriez-vous partager avec ceux qui liront cette interview ?

Mon message n'est pas très différent de l'idéologie du panafricanisme que représente la Biennale de Luanda. Je veux que ce message soit au-delà de l'activisme, mais qu'il embrasse la nouvelle culture qui ne peut que nous faire prospérer et égaler ou mieux encore dépasser ce qui est permis dans toute race. Tout, à l'heure actuelle, réside dans nos actions, nos décisions et ce vers quoi nous dirigeons nos énergies. J'encourage tout le monde à prendre la balle et à jouer !

Dimeji Sodeke
Suivre Dimeji Sodeke sur Twitter
Suivre Dimeji Sodeke sur Instagram