News

L’UNESCO forme 400 enseignants en prévention de grossesses précoces et non désirées, de VIH/Sida et de violences basées sur le genre en milieu scolaire dans les deux académies de Bamako

Les 20-21, 27-28 novembre et 4 - 5 décembre 2021, ont eu lieu à la Maison des ainés de Bamako les ateliers de formation des enseignants sur les préventions de grossesses précoces et non désirées, du VIH/Sida et de violences basées sur le genre en milieu scolaire.

Cette activité est organisée par le Ministère de l’Education Nationale, en partenariat avec l’UNESCO, à travers son programme O3 (Our rights, Our lives, Our future). Elle rentre dans le cadre de renforcement de capacités des enseignants, prévu dans le PRODEC 2 à travers des formations continues, en matière d’éducation à la santé et au bien-être. Elle contribuera également à mettre à la disposition des enseignants des connaissances fiables et adaptées au contexte du pays pour promouvoir la santé des jeunes et adolescents dans l’espace scolaire et communautaire. L’activité pourra ainsi contribuer à la création d’un environnement d’apprentissage sûr, sain et inclusif.

L’ouverture de l’atelier a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Education Nationale, représentant le Ministre. Dans son allocution, le Secrétaire Général dira que « cette formation permettra d’améliorer les connaissances et pratiques des enseignants en matière de prévention de grossesses précoces et non désirées, de violences basées sur le genre en milieu scolaire et du VIH/Sida. (…) . L’éducation est la meilleure porte à ouvrir pour installer dans l’esprit des hommes les différents changements qu’on veut apporter dans la société, c’est pourquoi aujourd’hui, 400 enseignants vont être formés pour contribuer à ce changement souhaité auprès des jeunes sur les thématiques du jour ».

Pour le représentant de l’UNESCO, « la qualité de l’éducation est au cœur des interventions de l’UNESCO, et conformément au ODD4, cette formation sur la santé et le bien-être des élèves, contribue à la création d’environnement d’apprentissage sûr, sain et inclusif, participant ainsi à la qualité de l’éducation ».

Pour les enseignants, cette formation vient à point nommé. Selon la Directrice d’école CAP CB de Sébénicoro « Une telle formation est de portée très importante, car malheureusement, nous voyons tous les jours des filles qui contractent des grossesses précoces et non désirées au sein de nos établissements scolaires et qui sont obligées d’abandonner l’école. Avec cette formation, nous nous assurerons de transmettre toutes les informations afin que nos filles puisent continuer leur étude. Nous recommandons par ailleurs de mettre ces thématiques dans les programmes scolaires afin que tous les enfants puissent accéder à toutes les informations requises dans ce domaine de santé et de bien-être ».